mardi 19 avril 2011

À Tadoussac, les alentours...

M'en revenant vers Tadoussac,
juste avant de prendre le traversier,
un rocher attire mon attention,
il y a à son sommet,
des connaissances que j'aime bien...
Allons y voir de plus près.
                                                              Bien sur, je ne me trompais pas,
                                                           des goélands et des canards,
                                                        y prennent leurs aises,
                                                      dans le plus pur des sans gènes,
                                                     approchons nous encore un peu...
                                                            Je m'en doutais bien,
                                                         ils ont déposés  leurs projets de lois,
                                                      ils se croyaient ma foie,
                                                    à la chambre  des communes,
                                                 comme c'est commun...
                                                            Prenons le traversier,
                                                           et rendons nous de l'autre côté,
                                                           juste en haut de cette côte, 
                                                         au bout de ce tout petit chemin
                                                        qui m'invite
                                                       depuis déjà quelque jours.
                                        
                                                    au bout de cette route,
                                               je me retrouve au sommet d'une montagne de sable,
                                               je rencontre ce géant
                                               témoin du passé de ce coin  du Québec ,
                                              qui me fait signe,
                                              je m'approche donc et je lui tire le portrait,
                                                            la timidité s'emparant de lui,
                                                        il se cache la tête
                                                 dans le feuillage de ses voisins de toujours.
                                                            Ne voulant l'indisposer davantage,
                                              je me tourne alors vers sa voisine,
                                                         une charmante petite fleur sauvage
                                                    qui est pour moi, une parfaite inconnue...
                                                 Elle pousse dans le sable, tout au sommet
                                             de ce carré de sable pour grands enfants...                                            
                                                            c'est d'ailleurs, du sommet de ce dernier,
                                                        que nous apercevons une étendue d'eau,
                                                    telle , qu'elle  dirige mon regard vers l'infinie,
                                                 et d'un même élan,
                                           elle caresse cette interminable plage sablonneuse.
                                                                     La curiosité s'empare de moi,
                                                         et je m'approche pour mieux découvrir
                                             les trésors de ce monde irréellement  vivant,                                     
                                                         l'expression de cette vie qui s'accroche
                                                    même aux rocher, qui du premier regard
                                           semble si aride et inhospitalier.
                                                                        revenant sur mes pas,
                                                             je peux mieux apprécier,
                                                    le prolongement de la plage
                                            en cet escarpement rocheux,
                                           qui même balafré d'une jolie et profonde crevasse.
                                                           supporte la vie vaillamment
                                                              et la protège des grandes marées
                                                   
                                             de sa base, jusqu'à ses pentes les plus abruptes...
L'expression de la vie, n'a pas toujours besoin
d'une terre riche en alluvions,
il lui arrive, parfois de prospérer
là où nous ne l'attendons pas...

8 commentaires:

  1. C'est fascinant comme nous avons pris nos photos des mêmes points de vue, Barbe blanche. On doit être touchés par les mêmes paysages... Encore une autre parenté évidente entre l'Abitibi, la Gaspésie et d'autres régions du Québec, toutes plus fabuleuses les unes que les autres.

    Les dunes de sable sont spectaculaires. La dame de l'auberge où nous avions dormi (Gîte Le Béluga) nous a dit que l'érosion y faisait des ravages à un rythme inquiétant. On y a interdit les VTT mais les délinquants ne peuvent s'empêcher d'y retourner faire les fous. As-tu visité l'hôtel Tadoussac? Un site historique, une structure de bois, une pure merveille, avec des expositions permanentes. Juste le hall d'entrée et j'étais conquise!

    RépondreEffacer
  2. @ Zoreilles,
    Les grands espaces, c'est certain, attirent le regard des gens habitués à regarder loin, très loin, et les différentes régions de notre grand Québec, forment en leur sein, ce genre de visionnaires...
    Les Vrais Tueurs de Territoire, (VTT) sont entre les mains d'individus inconcient, de véritables armes de destruction massives, c'est malheureux, parce que bien utilisé, ces véhicules peuvent rendres de grands services à leur propriétaires...
    L'hôtel Tadoussac, un monument de l'architecture Québecoise, le hall d'entrée, ses chambres meublées à l'ancienne, ses balcons où tu admires le fleuve tout en prenant un appéritif, nous avons eu tout le loisir de le visiter et de l'apprécier, nous y étions logés,tout au long de notre séjour.

    RépondreEffacer
  3. Splendeur , quand tu nous tiens ...

    RépondreEffacer
  4. @ Crocomickey,
    Tu ne nous quitte plus jamais, jamais.

    RépondreEffacer
  5. Moi aussi, j'ai eu la chance de loger à l'hôtel Tadoussac. Quel merveilleux endroit pour contempler en pleine harmonie le fleuve dans toute sa plénitude.
    Je compare facilement l'étendue de la terre à perte de vue qui longe le fleuve à la longitunale rivière Koaksoak qui traverse Kuujjuaq de part en part pour descendre plein sud sur plusieurs centaines de kilomètres.
    D'une beauté indescriptible ...
    Ah que le Québec est beau !!!!

    RépondreEffacer
  6. @ Le factotum,
    Il est beau le Québec, partout, partout,
    bon OK, il y a Montréal, mais parait-il que c'est un mal nécessaire...
    Malgré que, si nous y regardons à deux fois, cette ville a ses charmes qu'elle laisse découvrir à qui s'y attarde...
    Les rives des fleuves et rivières, en font rêver plusieurs avec leur promesse d'un ailleur meilleur là bas, au fil du courant...

    RépondreEffacer
  7. Dans mes recherches effrenees pour trouver un coin pour dormir, je tombe par hasard sur vos photos, comme hapee, elles m'invitent a m'y attarder. A la lecture des textes, le temps se suspend... Merci pour votre poesie, c'est juste magnifique ! Jasminka (une francaise a la rencontre pour quelques jours de son amie Sylvie de Montreal) NB : Desolee, je n'ai pas trouve les accents.

    RépondreEffacer
  8. @ Jasminka,
    Sois la bienvenue,
    dans mon monde tout en images,
    revenez tant et aussi souvent
    que vous sentirez le besoin d'un moment
    hors du temps.

    RépondreEffacer