jeudi 21 avril 2011

Allez hop cascade...

Dans le ruisseau
qui l'amène 
à la rivière,
l'eau
s'y 
fait brasser,
pas rien
qu'un peu...

Par temps 
plutôt sec,
c'est 
assez calme,
elle y 
coule timidement...
                                                                     Le lendemain 
                                                                  de quelques
                                                               jours de pluie,
                                                          c'est tout autre choses...
                                                                       Elle,
                                                                    s'y bouscule
                                                           comme si ,
                                                        elle craignait
                                                               d'y manquer
                                                          de place
                                                                    pour réussir
                                                            à s'y frayer
                                                                un chemin,



                                             Les cascades
                                                     s'y multiplient,
                                                 chaque portion
                                                            du ruisseau
                                                                     est envahi
                                                                          par de plus en plus
                                                                                de cette eau
                                                                 pressée  de
                                                                           enfin
                                                                       sauter 
                                                                                    dans la rivière...

                                              Elle saute
                                                        sur une roche,
                                                              espérant arriver
                                                                   plus rapidement,
                                            ou encore,
                                                 elle se précipite
                                                      tête première,
                                                             espérant gagner
                                                                  quelques secondes
                                                                      sur sa rivale
                                                                            la plus près,
                                            elle caresse
                                                 doucement
                                                        le lit de mousse
                                                             au passage,
                                            s'y attarde même
                                                 quelque instant
                                                           espérant  un peu de
                                                                                        complicité
                                             de sa part,
                                                       croyant que ce tapis somptueux
                                                            pourrait ralentir
                                                                   ses rivales...
                                             Passé ces obstacles,
                                                  elle a avant de s'élancer
                                                            vers sa destinée,
                                                     encore bien du chemin 
                                                            à parcourir...

5 commentaires:

  1. Je ne regarderai plus jamais un cours d'eau de la même manière! Merci et bonne journée!
    À l'expo du MNBA de Québec, j'ai vu entre autre des oeuvres gaspésiennes de Marc-Aurèle Fortin! Magnifique!

    RépondreEffacer
  2. @ Marico,
    Les cours d'eau, ils nous en content des choses,
    mais il faut écouter très attentivement...
    À l'expo, Méchant Numéro Bonne Aventure, de québec, des oeuvres de MAF surement, il est déjà venu peindre en Gaspésie plusieurs reprises...

    RépondreEffacer
  3. Ah que c'est beau que c'est beau que c'est beau... Je suis venue ici me reposer les narfes!!!

    Mais quel est ce cours d'eau, Barbe blanche? Ces eaux si vives, si cristallines? L'un de mes amis a fait une expédition de canot sur la Bonaventure, la plus extraordinaire de sa vie qu'il disait. J'ai vu ses photos, ça ressemblait à ça.

    Marc-Aurèle Fortin a fini ses jours au Sanatorium de Macamic, en Abitibi. C'est un ami de notre famille, Monsieur René Buisson, qui l'avait pris sous son aile, alors qu'il était très malade et qu'il n'avait plus de quoi subsister. Il n'a pas peint nos paysages, il était trop mal en point. Monsieur René Buisson a fondé le Musée Marc-Aurèle Fortin, à Montréal.

    RépondreEffacer
  4. @ Zoreilles,
    Merci, merci, merci, vous me faites rougir très chère.
    Ce cours d'eau, c'est un ruisseau, au parc forillon, à l'adresse La chute, je lui ai tiré le portrait de près de loin, de tous les bords et dans tous les sens,il est naturellement spectaculaire, mais par les prises de vues, accrobatiques, je me suis amusé à lui donner de l'ampleur...
    J'y suis retournés à plusieurs reprises pour lui soutirer ses secrêts les plus intimes...

    RépondreEffacer
  5. @Marico et Zoreilles,
    Marc Aurèle Fortin, un peintre de cette envergure, comme de trop nombreux artistes de notre monde, sont réduits à la mendicité et ne peuvent survivrent que grâce à la générosité de quelques bienfaiteurs.
    Si nous avions un, un seul gouvernement avec un peu de vision d'avenir, nos si grands artistes pourraient vivre de leur oeuvre, et enjoliver nombres de sites communs à l'ensemble de la population.
    Je rêve du jour où nous sauront reconnaitre nos grands Maîtres.

    RépondreEffacer