jeudi 14 avril 2011

Amis ramons sans bruit...

Réunion familiale par un beau dimanche après midi,
le soleil brille sur la rivière
et les canards rament hardiement.
                                              Trouvant cette activité légèrement lassante,
                                             la cadette de la famille s'informe en ces mots à la compagnie:
                                             que faisons nous comme premier jeu,
                                             pour égayer ce bel après midi de printemps   ?
                                                  Allons sur la rive, jouer à cache cache,
                                              ce sera amusant répondit l'aîné du groupe,
                                              et nous pourrons en même temps
                                              voir si il y a quelque chose à déguster...
                                                aussitôt dit, aussitôt fait,
                                             toute la bande courut se cacher,
                                             ils se trouvèrent de si bonnes cachettes,
                                            que rapidement, le jeu perdit de son intérêt
                                             pour le canard chercheur,
                                             il ne parvenait à trouver  âme qui vive.          
                                                                                     
                                                Où sont ils tous passés, se dit il,
                                            je ne trouve personne,
                                            ce n'est plus drôle ce jeux,
                                             je vais picorer un peu,
                                            qui m'aime me suive...
                                               Oh, nous avons trouvés un bon coin,
                                             il y a beaucoup de blé, 
                                             les visiteurs humains sont généreux avec nous... 
                                                 Ouin, moi je me méfie de ces gens,
                                              ils ont l'air un peu trop intéressés à mon goût,
                                              retournons à la rivière,
                                              nous y serons plus en sécurité,
                                              je crois...
                                                      Nous voulons bien t'y suivre,
                                            mais le maïs est tellement abondant ici,
                                            et en plus il est délicieux...
                                                Dites belle dame,
                                             vous permettez que je me glisse à vos côtés?
                                             Mais faites donc mon beau canard,
                                             que je vous présente à toute ma famille...
                                                     Alors,
                                              voici, oncle Joseph, tante Marie,
                                              papa, maman
                                              ainsi que tous mes frères et soeurs. 

Alors, jeune canard,
 tu veux faire parti de notre famille?

Heu, pas vraiment,
 je m'intéressait surtout à votre dernière,
 la petite canard aux yeux pers...

6 commentaires:

  1. Ah que j'ai aimé « notre » balade avec les canards!

    Je n'ai pas encore vu les nôtres mais le lac est encore gelé. Par contre, j'ai vu passer les hérons à quelques reprises depuis lundi. Et mon chum a vu deux huards sur la rivière des Outaouais, au campe...

    Tu m'as montré mes premiers canards cette année, Barbe blanche!

    RépondreEffacer
  2. Sont arrivés les touts-petits!

    Yééééé!!!!!

    Tellement coquins des petits canards!

    RépondreEffacer
  3. Barbe Blanche,

    ce matin j'ai vu/lu tous tes nouveaux billets, et la vidéo de la petite orignale m'a émue, mais je n'avais plus le temps d'écrire (journée de congé, si on veut, je devais accompagner maman à l'hôpital, et si je ne travaille pas je ne suis pas payée, mais c'était important pour moi). Pas grave; au moins je gagne ma vie, modestement, et ne dépense pas au-dessus de mes moyens.


    Au retour j'ai vu plein d'animaux réels, en passant par la Place Versailles, centre d'achat de l'est de Montréal, histoire de me changer les idées, et de voir les animaux toujours présents avant Pâques, dans un enclos spécial.

    Cette année il y en avait beaucoup trop, dans des enclos minuscules; lapins, chèvres, moutons, lamas, un âne, des poules, des canards, des oies, des faisans, des poussins, des paons, des dindons, un coq à l'horloge détraquée qui cocoricotait n'importe quand, un gros cochon noir, une vache, et j'en oublie... Désolant!

    Les animaux, hors leur milieu naturel, ça fait peine à voir. Et un homme, habillé en fermier, ramassait les cadeaux odorants au fur et à mesure, mais tout de même...

    Au moins ça couvrait, histoire de faire de l'humour, la puanteur de la bouffe du Mac Donald, pas loin de là.

    Pauvres animaux, tellement dépendants des humains, et tellement mal traités par eux. Un monsieur ayant des allergies éternuait sans cesse; un centre d'achat, n'est pas un endroit pour des animaux.

    RépondreEffacer
  4. @ Zoreilles,
    Ça, c'était la ballade des gens heureux...
    J'ai dû aller à leur rencontre, car ici à gaspé, ils ne sont pas encore arrivés non plus...

    RépondreEffacer
  5. @ Talou,
    Ceux là, je les ai trouvé à Terrebonne, au parc le long de la rivière, pas loin d'un barrage...

    RépondreEffacer
  6. @ Lise,
    Le coq déréglé, comme je le comprend, pogné dans un centre d'achat, à la lumière artificielle, il n'y retrouvait plus son soleil et ne savait plus si il était le soir ou le matin...
    Juste un annecdote, lorsque j'étais jeune, nous vivions sur une petite ferme et lorsque la neige fondait et que la température était plus clémente, tout le monde disait, : Ça sent le printemps, c'était pas mal la même odeur que celle qui embaumait le centre d'achat, après chaques dépôt de ces veaux vaches cochons...
    Soit dit en passant, il m'eut été impossible d'y faire une petite visite, avec tous ces amis à quatres pattes, pour cause d'allergies graves...

    RépondreEffacer