mardi 5 avril 2011

plaisirs du jardin...

 C'est la mort dans l'âme,
que je me suis résigner
 à déguster suavement,
ce coeur si généreusement offert,
sachant que jamais plus
je  n'aurais sa visite...

                                          Pour me consoler de cette peine sans nom,
                                          je cours au jardin, pour y cueillir
                                          ces fruits véritables cadeaux de la nature,
                                                     qui le printemps précédent
                                                     m'avaient annoncé leur venue imminente,
                                                     je ne fût pas déçu,
                                                     elles étaient vraiment divines,
                                                     et en nombre, ces gadelles noires...
                                                       vivement le retour de l'été,
                                                       pour qu'à nouveaux,
                                                       je puisse  me délecter sans retenu...
                                                      de ces présents de mère nature...

13 commentaires:

  1. Déjà que la fièvre du jardinage commence à m'affecter sérieusement, tu viens de m'asséner le coup final. Que j'ai hâte, tout comme toi! Bon, magnifique, super printemps... qui finira bien par arriver pour de bon un de ces jours. Il a encore neigé aujourd'hui...

    RépondreEffacer
  2. Vivement le printemps ...
    J'ai hâte moi aussi de savourer à pleine bouche ces délices de la nature.

    RépondreEffacer
  3. Ah toi, tu me prends par les sentiments là... Une tomate en forme de coeur!

    Je ne connaissais pas les gadelles noires, peut-être y en a-t-il chez nous? Je vais ouvrir l'oeil cet été.

    Cueillir ce que la nature nous donne généreusement, je peux pas te dire l'effet que ça me fait, une impression d'abondance et l'assurance que je ne manquerai jamais de rien : les poires sauvages, fraises des bois, framboises, bleuets, gadelles. Je vais aller à la fin avril à une mini formation sur la cueillette des champignons, je voudrais tellement pouvoir les identifier pour en profiter...

    Des gadelles noires... Ouais, faudra que j'ouvre l'oeil. Merci Barbe blanche!

    RépondreEffacer
  4. @ Marico,
    La fièvre du jardinage, tout comme pour toi, je la sent monter, et le seul remède que j'ai trouvé pour l'apaiser un peu, c'est de commencer tranquillement à faire mes semis, dès la mi avril, je commence ceux de mes tomates, à la fin mai, je mets mes tubercules de dalhia en pots, pour que lorsque le soleil de juin se pointera, à la quinzaine du mois, je puisse sortir toute ces promesses de récoltes abondantes et qu'elles profitent à plein des chaleurs de l'été enfin revenuent...

    RépondreEffacer
  5. @ Le factotum,
    Ces délices , véritables cadeaux de la nature, sans aucun cide, (insecticide, herbicide)
    issuent de la terre si généreuse, qui avec un minimun de soins sait nous récompenser des efforts que nous y mettons,oui, j'ai très hate de m'y remettre et de voir encore une fois, le miracle de la vie prendre son essort...

    RépondreEffacer
  6. @ Zoreilles,
    La tomate en forme de coeur, hummmm, qu'elle était bonne...
    Les gadelles noires, c'est un cadeau que les ouiseaux m'ont offert, ces gadelles, sont un fruit cultivé, aussi loin que je me rappelle,il y en avait dans la ligne qui séparait le terrain de mes parents et celui de notre voisin, c'est d'ailleur ce dernier qui les cultivais...
    Pour ce qui est du plant qui est sur mon jardin, je me promet de le multiplier cette été, il a déjà commencé à faire des racines sur une branche qui touche le sol.
    Comme fruit sauvage, je connais aussi, les gadelles rouges, elles sont elles aussi délicieuses.

    RépondreEffacer
  7. Ah moi aussi, les gadelles rouges, je connais. Il y en a en abondance et en saison, tout près du p'tit château (c'est le nom affectueux qu'on donne à notre camp sur la rivière!...) en tout cas, dans le même sentier qui mène aux tites fraises, plus tard dans l'été, il y a des framboises et des gadelles rouges, et plus tard encore des bleuets, en même temps que les poires sauvages (les fruits de l'amélanchier) dont j'ai découvert un petit arbuste tout près du quai mais là, les oiseaux sont plus vites que moi. Je leur laisse la priorité, ils en ont plus besoin que moi. Mais je me cherche d'autres talles!

    RépondreEffacer
  8. @ Zoreilles,
    Elles sont bonnes hein, les gadelles rouges...
    Laisser la priorité aux oiseaux, j'aime bien le geste, je fais pareil avec les noisettes pour les écureil et les suisses...
    Je ne sais ce qui se passe, mais je ne vois plus
    les alertes de tes messages sur mon courriel, mais j'en vois pour ceux des autres...
    Je m'en inquiète...

    RépondreEffacer
  9. @ Zoreilles,
    ce que j'aime bien, ce sont les groseilles, juste avant qu'elles ne soient mures, un vrai délice... Mais bien sur, j'en laisse quelques une pour dégustation lorsqu'elles sont mures...

    RépondreEffacer
  10. Des noisettes? Des groseilles? T'es donc bien dans l'abondance, toi!

    RépondreEffacer
  11. @ Zoreilles,
    Les noisettes, Juste derrière chez moi, il y en a un plant, il y en a aussi en quantitée sur mon lot, on se les partages les suisses et moi...
    Les groseilles, elles sont échelonnées le long des berges du St Laurent qui qui ont vus passer mes années d'enfance...
    J'y retourne à l'occasion pour y replonger dans cet univers magique...
    Ah oui, bien sur pour y prendre aussi quelques photos,blogue oblige...

    RépondreEffacer
  12. À tous les amis(es) de Jacks dont on s'inquiétait dernièrement, en particulier, toi, Barbe blanche et aussi Lise, sur le billet précédent...

    Je viens d'avoir de ses nouvelles enfin. Tout va bien pour lui, et je me permets, avec sa permission, de vous citer quelques extraits de son message :

    « Bonjour Francine,

    J'ai été touché par l'intérêt que tu portes à ma disparition soudaine. Et comme toujours, tu es une vraie bonne ambassadrice. Je pense aussi à toutes ces personnes auxquelles tu réfères, celles que j'aimais bien rencontrer sur mon blogue et ailleurs, sur les leurs. Il n'est pas exagéré de dire que j'y pense tous les jours. J'y pense suffisamment et avec autant d'intensité pour que la télépathie puisse faire son oeuvre.

    Je suis en grande forme même si je suis à faire mon deuil de la blogusphère. Je ne dis pas que je ne reviendrai pas. Je ne dis pas que je n'en ai pas le goût. Au contraire! Mais j'ai décidé de me faire oublier temporairement. La raison est simple et très terre à terre: je veux éviter les virus et les cyber-attaques. J'ai eu plusieurs problèmes comme tu le sais. J'ai cessé d'aller sur les blogues parce que mes messages disparaissaient. J'ai eu plusieurs autres problèmes sérieux dont deux ordinateurs complètement mis hors d'usage. J'ai encore régulièrement des virus détectés par mon anti-virus dont un de type Cheval de Troie qui revient après avoir été éliminé. Ce type de virus permet à des tiers de s'introduire dans mon ordinateur. J'ai eu des problèmes avec l'accès à ma boîte de courriels, etc. etc. J'en étais presque à me demander si un bon soir je ne verrais pas des agents de Kadhafi essayer de forcer ma porte après s'être amarrés sur le quai du Havre »

    et encore plus loin...

    « je n'ai pas voulu prendre de chances. Et les problèmes que j'ai rencontrés sont trop sérieux. J'ai débranché mon router et je ne me branche sur internet, avec mon modem, que pour l'essentiel.

    C'est dommage parce que j'ai encore le feu sacré, le goût de communiquer, échanger, rire, partager, laisser de belles images, de belles photos, des réflexions et des observations. En d'autres mots, je regrette de ne plus avoir l'occasion de poursuivre de belles relations amicales dévelpoppées au fil des mois. Il y a des des valeurs, des idées qu'on aime bien partager avec des amis qui ont les mêmes affinités. Ce sont souvent de bonnes occasions pour pousser plus loin nos propres limites. J'ai souvent eu l'occasion d'approfondir certaines réflexions comme je ne l'aurais jamais fait si je n'avais pas pensé avoir l'occasion de les échanger. »

    et encore...

    « Ce sera tout de même toujours un grand plaisir d'échanger quelques courriels avec toi à l'occasion. Ne te gêne surtout pas. Et je vais aussi entrer en contact bientôt avec des internautes qui m'avaient laissé des courriels à l'occasion. Il n'y a pas de problème à ce que tu donnes mon adresse de courries à ceux ou celles qui aimeraient me contacter. Pour ce qui est de Facebook, je me suis débranché. Je n'y vais plus.»

    Il poursuit avec des nouvelles plus personnelles le concernant, lui et Laure, d'excellentes nouvelles d'ailleurs.


    Il termine ainsi...

    « Mes amitiés,

    Jacques »

    _______________________

    RépondreEffacer
  13. @ Zoreilles,
    Merci, Merci, Merci, il est bon de savoir que le bon Jackss est en forme et va bien, même si il garde le silence, pour enfin venir à bout des attaques vicieuses des maraudeurs cibernétiques...
    Merci encore, de ta grande générosité...

    RépondreEffacer