mercredi 1 février 2012

Par un beau matin hivernal...

Nous sommes
le trente janvier
et l'hiver,
le vrai
se fait toujours attendre.
Je décide 
de partir
à sa recherche.
                                                    Chemin faisant,
                                             je rencontre ce beau spécimen botanique.
                                             Je m'en approche,
                                            histoire de faire plus ample connaissance.
                                            Force me fut de constater
                                            qu'il était assez hermétique,
                                            pas moyen de savoir ni son nom,      
                                            ni son âge.
                                            Il me laissa lui prendre
                                            le portrait, mais ce fut tout juste.
                                                  Au large, là bas, juste à la sortie de la baie,
                                             de gros nuages voyageaient au large.
                                                  (nous y reviendrons au prochain billet.)
                                                  Au détour de la route,
                                               surprise, des fantômes ont élus domicile
                                               et posent fièrement,
                                               pour mon plus grand plaisir.
                                                             C'est tout un spectacle, là,devant moi. 
                                               Ces arbustes semblent être irréels,
                                            tout de blanc vêtus, sous ce soleil radieux.
                                                  Certains, tel des bijoux,
                                                 se font un écrin douillet,
                                                 de ces conifères accueillants.
                                                      D'autre plus dégourdis, s'amusent
                                               à compter, les passants sur le route,
                                              poussant même la coquetterie jusqu'à
                                               les saluer de la main.
                                                  Certain, poussent l'effronterie
                                                 et osent même s'aventurer près des habitations,
                                                    histoire de faire connaissance avec
                                                  les occupants de ces lieux.
                                                  Il n'y a pas à dire, ce sont de beaux voisins,
                                           tout éphémères soient ils...

14 commentaires:

  1. L'hiver chez toi et l'hiver chez moi sont manifestement 2 saisons bien différentes! Devine laquelle je préfère!

    RépondreEffacer
  2. @ Spécialiste de l'éphémère,
    Je suis porté à croire que c'est celui par chez vous, parce que, par chez nous, habituellement,
    il est plutôt froid, sauf cette année et aussi depuis quelques autres, car vois tu,
    la glace ne pogne plus sur le golfe St-Laurent...

    RépondreEffacer
  3. Vos voisins se sont parés de leurs plus beaux atours afin de se laisser prendre en photo par un amoureux de la nature.Toutes mes salutations à vous et à vos voisins.

    RépondreEffacer
  4. Non non; c'est l'hiver "chez-vousien" que je préfère! Le blanc, c'est bien plus joli que le gris-blanc. Pis le froid, on l'a de toute façon.

    RépondreEffacer
  5. @ Étoile,
    Ces voisins, même si ils semblent vouloir se rapprocher un peu, restent quand même légèrement froid dans leur approche...

    RépondreEffacer
  6. @ Spécialiste de l'éphémère,
    L'hiver "chez-nousien", pour être blanc, il est blanc et il semble installé à demeure, il n'est pas assez éphémère à mon goût...

    RépondreEffacer
  7. Sur la deuxième image, l'arbre dont certaines branches touchent à terre = magnifique !

    RépondreEffacer
  8. @ Crocomickey,
    C'est justement cet arbre là, qui m'a fait un clin d'oeil, pour que je m’arrête et lui tire le portrait...
    Assez impressionnant comme spécimen...

    RépondreEffacer
  9. Faudrait que tu le re-pose en été avec toutes ses feuilles ...

    RépondreEffacer
  10. @ Crocomickey,
    Tu lis dans mes pensées, nous nous sommes déjà, donné rendez vous pour juin prochain,
    à suivre...

    RépondreEffacer
  11. Quelles merveilles, Barbe Blanche!

    J'adore le texte qui accompagne de si beaux paysage. Quelle richesse! C'est la tienne et elle est gratuite pour tout le monde. Encore faut-il la voir et savoir la goûter. Tu sais le faire à merveille et nous faire partager le plaisir de contempler un si beau paradis. J'aime l'hiver. Je crois que j'y trouve plus de plaisir que l'été, même sur le bord de la mer.

    RépondreEffacer
  12. Je viens de lire les autres commentaires

    Tu dis que la glace ne pogne plus sur le golfe St-Laurent...
    Je suis au Havre-Saint-Pierre depuis janvier 2009, au nord du 50è parallèle. Il n'y a pas eu de neige du tout en 2010, très peu en 2011. Mais cette fois-ci, c'est différent. Et pour la première fois la mer est blanche, recouverte de glace et de neige, du moins dans mon coin. Je suis impressionné. Je ne savais pas que la mer pouvait geler. Et j'en suis ravi. Les jours de ciel bleu pur se succèdent et mette en relief cette neige toute blanche qui nous charme.
    Vive l'hiver en bleu et blanc!

    RépondreEffacer
  13. @ Jackss,
    Content de te revoir, et de te lire.
    Goûter les richesses qui nous entourent,c'est un plaisir sans cesse renouvelé,
    les partager, c'est presque un devoir, ce serait indécent, de garder tout ça caché,
    je suis bien heureux, que ça te plaise.
    Vivre au paradis, apporte des obligations que nous ne pouvons ignorer,
    peu importe où est ce paradis...

    RépondreEffacer
  14. @ Jackss,
    La glace est prise sur le golfe, dans ton coin, c'est beau hein...
    Depuis le début février, elle fait une tentative timide, par ici aussi, (c'est pour un prochain billet)
    tu ne connaissais pas, c'est vrai, que vue de Sherbrooke, la mer est dur à apercevoir.
    j'ai passé mon enfance à courir sur les rompis, au grand désespoir de ma pauvre mère.
    (rompis, =gros morceaux de glace, flottant les uns collés sur les autres et formant un tapis blanc sur le St Laurent)

    RépondreEffacer