mercredi 22 février 2012

Histoire d'amour, au large de l'Anse-à-Beaufils...

Lorsque j'ai aperçu ces falaises,
ce sont 
les paroles
d'une chanson 
de
Laurence Lepage
qui me sont 
venues
en tête,
                                                        "Saint Joseph sur la côte a des glaçons
                                                  dans le nez."
                                            Des glaçons, sur le cap,
                                         il y en a, et plus d'un.
                                               Et plus nous approchons,
                                           plus ils sont évidents.
                                                           Au loin, l’île Bonaventure,
                                                  navigue tant bien que mal,
                                                  en se gardant une distance sécuritaire
                                             de la côte toute proche.
                                                   Sur le cap,
                                              le phare de Percé veille au grain,
                                                            Il guide l'île et lui apporte,
                                                          une aide précieuse,
                                               lui permettant, ainsi,de longer la côte,
                                                       sans s'y échouer, et ainsi, reprendre
                                               le large tout à sa guise.
                                                            Cette côte qui vaniteusement,
                                                 se mire sur ce miroir géant
                                                 qu'est certains jours,
                                                 le Saint-Laurent.

                                                      Avec ses glaçons , qui fièrement,
                                                 se pavanent,
                                                         À l'ombre,
                                                   comme précédemment,
                                                   où du bord de la lumière comme ici,
                                                        attire les amoureux.
                                                       C'est même assez fréquent
                                                de les voir s'y fréquenter.

                                              M. canard, arrive ici, au pas de course,
                                              faire un brin de causette à sa belle.
                                                        Plutôt timide au début,
                                                   il garde une distance de courtoisie,
                                                    lui chantant la sérénade
                                                 et lui récitant quelque poésies,
                                                     mais, l'attraction pour sa belle
                                                étant telle,
                                                            il s'approche ostensiblement
                                                    et commence sa cours.
                                                    Le premier contacte sous des apparences
                                                    difficiles,
                                                  s'améliorent, au fur et à mesure,
                                           que la relation évolue.



                                                  et laisse place à l'espoir,
                                               de voir cette union
                                                porter fruit,
                                               dans un avenir prochain.

                                                    Pendant ce temps,
                                                 les fantômes nagent au gré des flots,
                                                      sous l'oeil intéressé
                                                de cette lune,
                                                             légèrement
                                                                          timide,
                                               qui pour un moment, vient faire la cour au soleil.

12 commentaires:

  1. Magnifique Gaspésie de mon coeur. Je la trouve aussi belle hiver comme été... *soupir*

    RépondreEffacer
  2. @ Virginie,
    Sous le soleil d'été, comme sous le soleil d'hiver, elle fait rêver, même si parfois, on s'y gèle les doigts en immortalisant ses beautés...

    RépondreEffacer
  3. Ils sont magnifiques ces glaciers tout en hauteur. Une chose que j'ai remarquée ce sont les noms des villages que j'aime découvrir à travers vos billets. merci Barbe Blanche.

    RépondreEffacer
  4. J'arrive avec ma douce! Crois-tu que j'ai une chance de lui faire la cour dans ce mgnifique décor?

    RépondreEffacer
  5. C'est digne d'un spectacle de Robert Lepage. Ou est-ce l'inverse???!
    Je me souviens de mon premier passage à l'Anse-à-Beaufils; juste de voir le nom écrit sur le panneau je trouvais ça accueillant. Avec ces bijoux de glace, c'est fabuleusement fabuleux!

    RépondreEffacer
  6. @ Étoile,
    Ces glaces, m'ont toujours impressionnés,
    dans mon coin de Gaspésie, il n'y en a pas de pareil.
    Et les noms des villages, je m'amuse, à vous les nommer, pour le plaisir...

    RépondreEffacer
  7. @ Le factotum,
    Si tu arrives avant la fin mars, je crois que oui c'est possible, mais ne tardes pas trop, ils aiment le froid, ces gaillards...
    Si ils ont fondus, je t'assure, que tu n'y perdras pas au change, la mer et ses voisins m'ont assurés qu'ils passaient l'été avec nous encore cette année...

    RépondreEffacer
  8. @ Spécialiste de l'éphémère,
    Comme tu le dis si bien,"ces bijoux de glace, c'est fabuleusement fabuleux!"
    Je te le confirme, Robert Lepage n'y est pour rien,
    la nature, est souvent, d'une telle grandeur...

    RépondreEffacer
  9. @ Crocomickey,
    C'est un peu plus calme qu'un centre ville sur l'heure du midi...

    RépondreEffacer
  10. N'est-ce pas merveilleux de suspendre le temps à coup de beauté!!! :)

    RépondreEffacer
  11. @ La Flâneuse,
    C'est, une belle place pour y flâner tout à sa guise...

    RépondreEffacer