vendredi 10 février 2012

Un phare dans la tempête...

Qu'il pleuve, 
qu'il neige,
que le brouillard
soit 
léger 
ou
épais,
de jour
comme 
de nuit,
                                                                le phare guide les bateaux,
                                                       petits ou très gros.
                                                    Le jour, comme la nuit, il montre le chemin,
                                             par temps clair,
                                             avec son fanal,
                                            et par temps de brouillard,
                                            avec sa corne
                                            qui  inlassablement,
                                            se lamente,
                                            afin d'éviter les écueils
                                            aux navigateurs.
                                           "J'ai souvenance, de ces longues journées de brume,
                                           alors que hurlait à s'arracher les poumons,
                                           le criard de La Madeleine"
                                             Mais, ce matin, le temps est clair, le soleil éclatant,
                                             illuminant de ses feux radieux,
                                            tout le paysage,
                                           en précisant  les contours,
                                           et lui donnant, du volume
                                          et de la vigueur,
                                                    tout ce qui se trouve près de moi,
                                                est tellement précis,
                                                comme dessiné au couteau,
                                               d'un seul geste,
                                               bien précis.

                                               Au loin, les nuages commencent à entrer,

                                                 pour l'instant, ils naviguent, là bas,
                                              tout au large,

                                              mais, à bien regarder,
                                           nous avons l'impression,
                                           qu'ils sont presque le prolongement
                                           du promontoire
                                            de cap Bon Ami, juste là, devant moi.
                                                Je ne pouvais quitter la place,
                                          sans un dernier regard
                                          du côté de l'anse,
                                          juste là, au pied du phare
                                          que nous pouvons imaginer,
                                          un peu plus au large.
                                               À peine quelque kilomètres plus loin,
                                           les nuages sont à l'oeuvre,
                                          le brouillard de neige est à faire son nid,
                                             un beau brouillard,qui m'a tenu compagnie
                                           une bonne partie de la journée.
                                          Pourtant, le matin, le soleil brillait de tous ses feux.
                                                    Malgré la neige et le vent, ce guide tenait bon,
                                              il était venu à ma rencontre,
                                            et il m'indiquait
                                             comment, trouver des glaces
                                              pour recouvrir le Golfe.
                                           Mais, ça, c'est au prochain billet

.http://www.youtube.com/watch?v=mkogTv6ze5I

12 commentaires:

  1. C'est le plus beau phare de la Gaspésie... Ma mère est née tout près. De la maison où elle habitait on voyait très bien ce phare et surtout, lorsqu'il y avait de la brume on l'entendait aussi très... que de beaux souvenirs de mon enfance lorsqu'on allait visiter nos grands-parents.

    RépondreEffacer
  2. Oh je ne l'ai jamais vu l'hiver, ça me semble tout aussi beau que l'été. *soupir*

    RépondreEffacer
  3. @ André Lepage,
    Bienvenue André, sur le bord du golfe St-Laurent.
    Le phare de Cap des Rosiers, c'est le plus haut phare du canada,et comme tu dis, un très beau, parmi les plus beaux.

    RépondreEffacer
  4. @ Virginie,
    Heureux de te revoir, ici,
    Si il y a une différence entre l'été et l'hiver,
    c'est que la lumière hivernale lui donne un air de divinité intouchable, et j'exagère à peine...
    La vue est superbe, de là haut...

    RépondreEffacer
  5. Je suis jamais partie :P

    Je ne suis jamais montée en haut non plus. Peut-être quand je finirai par faire le tour complet de la Gaspésie avec S. un m'ment donné, d'ici notre retraite!

    RépondreEffacer
  6. @ Virginie,
    Pour monter tout en haut, n'attends pas trop longtemps,
    l'escalier pour y arriver est plutôt abrupte et assez longue.
    Il est vrai que tu peux faire une petite pause entre chaque paliers...

    RépondreEffacer
  7. Le phare est signe d'une belle et grande étendue d'eau.Vous êtes bien chanceux de pouvoir les admirer.Ici nous avons beaucoup de lacs et de rivières magnifiques aussi. Je me souviens je crois en avoir vu un dans la région de Trois-Rivières un soir de St-Jean Baptiste où nous étions campé.J'espère que je dis pas de niaiseriesmoi là...Je ne savais pas qu'on pouvait les visiter.J'aimerais bien savoir quel est le son que ça fait un phare.J'avoue mon ignorance veuillez m'en excuser..Mais je vous remercie pour ces beaux tableaux de votre régions que vous nous partagez.bonne fin de semaine barbe blanche.

    RépondreEffacer
  8. @ Étoile,
    Juste pour toi, j'ai ajouté le lien qui te permettra d'écouter le cri du phare de Cap des Rosiers.
    bonne audition.
    Je dois ajouté, que chaque phare a son cri bien spécifique, que les navigateurs connaissaient et le chant indiquait où était rendu le bateau.
    La longueur et le rythme de la lumière était aussi différente d'un phare à l'autre.
    Ne t'excuse surtout pas de ne pas connaitre le monde ds phares, il n'y a que les gens qui vivent près d'eux, et quelque visiteurs qui en sont informés.

    RépondreEffacer
  9. Oh la la que j'aurais pas voulu manquer ça, tes images sont à couper le souffle...

    Et la symbolique des phares, tu n'imagines pas tout ce que ça signifie pour moi.

    Merci Barbe blanche de nous partager ton pays et ta poésie.

    RépondreEffacer
  10. @ Zoreilles,
    J'ai failli intituler ce billet,:" Nous sommes tous, à un moment donné, le phare d'une personne, souvent sans le savoir, et nous avons tous une personne phare qui nous montre la route."
    mais, je trouvais cela un peu long pour un titre.
    As-tu écouter crier le phare du Cap des Rosiers, celui des photos?

    RépondreEffacer
  11. Oui j'ai cliqué, je l'ai écouté... La chair de poule... C'est parce que j'ai de l'eau salée dans les veines!

    Mon grand-père (Poirier) a déjà été gardien de phare au Rocher aux Oiseaux, au large des côtes des Iles de la Madeleine.

    Il existe un beau livre, je sais pas le titre ni le nom de l'auteur mais on répertorie tous les phares sur le St-Laurent (fleuve et golfe), avec photos et chacun leur histoire. Je vais demander ça dans ma lettre au Père Noël c't'année!

    RépondreEffacer
  12. @ Zoreilles,
    L'eau salée dans les veines, se dilue très lentement et se transmet de génération en génération, souvent, jusqu'à la cinquième génération, et parfois même plus...
    Le Rocher aux Oiseaux, un nom très évoquateur,
    il fait naître de belles images dans l'imaginaire...

    RépondreEffacer