samedi 28 janvier 2012

Profondeurs et réflexions...

À quelques endroits, 
la rivière se calme, 
                                                 et de ses entrailles,
                                             montent des réflexions
                                                            profondes.
                                                                        Déjà, du haut
                                                               de l'escalier,
                                                                      elle laisse entrevoir
                                                             la puissance
                                                                      avec laquelle,
                                                             elle réfléchit.
                                                   Le parois qui l'entourent s'y mirent
                                              sans restriction, pour notre plus grand
                                                                 plaisir.

                                                      Réflexions, transparences,
                                                  devant ces invitations,
                                                    il m'est  difficile,
                                                    de ne pas y voir, un Pays à notre image,

                                                     un pays, à notre grandeur,
                                                     un grand pays, tout plein de nos rêves
                                                        les plus fous,
                                                      de nos rêves,
                                                                  les plus précieux.
                                                                comme la rivière,
                                                                je réfléchis,
                                                                  et j’aperçois,
                                                               droit devant,
                                                               le courant,
                                                                qui m'invite
                                                                 à m'engager.
                                                               Les réflexions,
                                                                c'est bien beau,
                                                                   mais, il faut
                                                                           passer à l'action.
                                                                 La marche est
                                                                         abrupte,
                                                                mais, comme je l'ai
                                                                   descendu,
                                                                   je peux y remonter,
                                                              et décidé,
                                                               prendre mon pays
                                                                 en main.
                                                                 Toutes réflexions faites...

12 commentaires:

  1. Ces photos me fascinent et me bouleversent.
    Vision de kaléidoscope comme le pays qu’on habite.
    La réflexion m’a fait penser à une chanson de Félix : L’encan.
    « Approchez messieurs dames...
    Une belle p'tite rivière à saumon à vendre pas cher
    Pleine de beaux p'tits saumons qui viennent frayer ici depuis des siècles
    À vendre avec des îles, du bois, des chutes,
    Sur une centaine de milles sans compter les croches
    Laissons pas aller ça nous autres

    I'll take it!

    Tiens... un américain
    C'est légal y'est dans son droit
    Une fois, deux fois, trois fois, vendu
    Installez-vous monsieur ! »

    Oui, prenons-le avant de se le faire voler.

    RépondreEffacer
  2. C'est du René, du Félix ou du Vigneault ? :-)

    RépondreEffacer
  3. @ Caboche,
    "Laissons pas aller ça nous autres" cette phrase du Grand Félix, est pleine de tellement de vérité,
    comment, pouvons nous encore et toujours, hésiter, palabrer et nous entre déchirer?
    Comme tu dis, Caboche, prenons-le, il nous appartient.

    RépondreEffacer
  4. @ Crocomickey,
    C'est du Barbu Gaspésien, alimenté de René, Félix et Gilles,d'air salin et de rivières en furies...

    RépondreEffacer
  5. Le grand Félix, je le reconnais entre mille... et tes photos illustrent bien toute sa poésie, sa passion pour notre pays.

    Toutes réflexions faites... j'embarque avec toi. Ça nous appartient. On est riches... si on veut!

    J'ai « survolé » aussi tes derniers billets, j'ai pas commenté chaque fois, j'étais sans mots... Eh que tu l'aimes, notre pays, tu sais le mettre en valeur et nous le présenter à son meilleur.

    RépondreEffacer
  6. Comme tu dis: " Nous pouvons tous ensemble et de nouveau unis remonter et décider de prendre notre pays en main".

    RépondreEffacer
  7. @ Zoreilles,
    C'est Pierre Bourgault qui disait, " T'a un gouvernement qui t'vole à tour de bras
    Blâme pas l'gouvernement mais débarasse-toé z'en
    Couche-toé pas comme un chien pis sens-toé pas coupable
    Moé j'te dis qu't'es capable c'pays-là t'appartient"
    C'est dans cet état d'esprit,que je suis devant la réflexion au bord de la rivière.
    Ça c'est le bout de rivières en furies...

    RépondreEffacer
  8. @ Le factotum,
    C'est Gilles Vigneault qui disait:
    "De mon grand pays solitaire
    Je crie avant que de me taire
    A tous les hommes de la terre
    Ma maison, c'est votre maison
    Entre mes (ses) quatre murs de glace
    Je mets mon temps et mon espace
    A préparer le feu, la place
    Pour les humains de l'horizon
    Et les humains sont de ma race."

    RépondreEffacer
  9. J'aime beaucoup l'amour que vous portez à notre beau pays. Vous le voyez avec les yeux du coeur et c'est touchant. Il y a peu de temps je suis allé avec mon fils de 32 ans fêter le 64ième anniversaire de notre drapeau.Beaucoup de monde y participait. Et nous avons été heureux de voir des jeunes engagés et enthousiasmes. Il m'arrive d'avoir des baisses d'énergie dans l'espoir un jour d'avoir enfin notre propre pays.Mais, quand je vois la relève je me remonte les manches et je continue à bûcher. Et que dire de mon père de 82 ans qui tous les jours affirme que nous avons droit à notre pays. Merci pour vos réflexions barbe blanche.Ensemble on va y arriver.

    RépondreEffacer
  10. @ Étoile,
    Le jour où nous cesserons de croire aux épouvantail de nos voisins canadians,
    nous commencerons alors, à le bâtir notre beau pays.
    En attendant, bien sur, je continue à vous en montrer des images, qui j'espère,
    seront à la hauteur du pays en devenir.

    RépondreEffacer