jeudi 19 janvier 2012

Surpris au détour...

Je flâne
entre l'eau
et le 
cap.
                                                        Photographiant
                                                                            le
                                                                                 goéland,                                                                                                                                
                                                  sans
                                                         modération
                                                                            ni
                                                             restrictions
                                                  Marchant,
                                                                 plus souvent
                                                                                   qu'autrement,
                                                    dans
                                                                 l'eau
                                                ou   sur
                                                                     les        roches.

                                                  Le soleil est chaud,
                                                                               l'air est caressant,
                                              et j'avance insouciant,
                                                                  ne me doutant
                                                                                      aucunement de ce
                                                 qui m'attend
                                                                      au détour de ce cap,
                                             dans la petite anse
                                                                       toute de sable.
Enjambant
la 
dernière
grosse 
roche,
les 
deux 
pieds 
dans 
l'eau,
jusqu'aux
genoux,
C'est 
la
panique
devant 
moi.
Toute
une colonie
de canard,
prend
la 
belle 
épouvante,
c'est la course
vers
la
mer salvatrice.  
Je ne fais
ni un
ni deux,
je sors 
mon 
attirail
et 
je 
mitraille.

                                                           Comme ils furent
                                                     beaucoup
                                                                   plus rapides
                                                      que moi,
                                                                  je ne réussis
                                                        à attraper
                                                                 que leur session de nage accélérée...                                                             


                                                Leur course effrénée sur le sable,
                                           sera captée, lors de ma prochaine randonnée,
                                              si et seulement si,
                                              un tel spectacle m'est offert une deuxième fois,
                                             ce qui est très peu probable.


6 commentaires:

  1. Après les magnifiques scènes d'hiver d'hier, c'est bon de se rappeler les oiseaux aquatiques et les beaux jours.
    La Gaspésie me manque...
    Merci pour m'y emmener presque tous les jours.

    RépondreEffacer
  2. @ Marico,
    Le bord de mer, hiver comme été, j'aime ça, est ce que cela parait, en tout cas, c'est comme si j'y étais chez nous...

    RépondreEffacer
  3. En regardant vos magnifiques photos je pense à ma mère qui dit à chaque fois qu'elle voit un regroupement de canards "regarde un mariage de canards". Elle est âgée de 75 ans et a toujours son coeur d'enfant je l'adore. Merci barbe blanche et passez une très bonne journée dans votre belle Gaspésie.

    RépondreEffacer
  4. @ Étoile,
    Merci Étoile, de nous faire part d'une si belle interprétation de ces rassemblements de canards,
    "un mariage de canards",j'aime tellement.
    À la quantité d'oiseaux qu'il y avait là,
    ce devait être le mariage de quelqu'un de très important dans la communauté des canards...

    J'aimerai que tu dises un beau bonjour à ta mère,de ma part, et aussi,lui dire merci, pour sa si belle expression, que je découvre grâce à toi...

    RépondreEffacer
  5. Comme c'est gentil merci!

    RépondreEffacer
  6. @ Étoile,
    Ton commentaire, m'a permis d'enrichir d'une grande nouveauté, mon coffre à expressions savoureuses.
    Je ne suis pas gentil, mais juste intéressé, car vois tu,j'en veux d'autre.
    J'espère, trouver les images qui inspirent d'autre belles maximes que nous pourrons tous ensemble partager...

    RépondreEffacer