dimanche 26 février 2012

Passer du printemps à l'hiver, au printemps.

Les
dernières
images
de 
cette
quête
presque
maladive
pour
trouver
des 
glaces
sur
l'eau.
ont
été
enregistrées
à
                                                  Je me
                                                            croyais presque
                                                                                    au
                                                printemps,   
                                                              tellement,                            
                                                    les
                                               rompis
                                                            flottaient librement
                                                        et se
                                                                  miraient
                                                                             dans
                                                         cette eau
                                                     calme et limpide.
                                                     mais,
                                                             nous étions
                                                        bien
                                                                en hiver.    
                                                        Les glaces
                                                   recouvraient les rochers,
                                                   de leur blanche
                                                     froideur,
                                                et la neige dessinait même
                                              des personnages
                                                  dans le cap
                                                 sur la gauche de la scène.
 


                                                      Il faudra
                                                attendre encore
                                                                     quelques
                                                   mois,
                                                        pour
                                                     que soient
                                                            libérés les crans...
                                                  Pour que les vagues reviennent balayer
                                               la grève.

Les glaces ont enfin accostées...

Je 
continue
mon 
périple,
à 
la
recherche
de 
la
glace




.
J'arrive
à
                                                               et , enfin,
                                                            elle
                                                                est
                                                                     là.
                                                              À
                                                               perte
                                                                          de vue,
                                                      comme dans
                                                                      mes
                                                                            souvenirs
                                                 d'enfance.
                                                      Elles sont là,
                                                                    et en bonne quantité.

                                                            quelques crans,
                                                  peuvent encore,
                                                          se montrer la tête,
                                                      comme quand,
                                                    nous allions
                                                                    cueillir des mouques.
                                                      Jetant un oeil vers l'ouest,
                                                force m'est de constater,
                                                                   que,au large de
                                                     Pointe à la Frégate,
                                                                      tout est gelé.
                                                         N'écoutant que mon courage,
                                                     je file tout de go
                                                   vers le Nord Ouest,
                                                  et je me retrouve, face
                                                  à un désert de glace,
                                                       les blocs sont multitude,
                                                   ils sont de toutes les formes,


                                               et s'entassent
                                                               les uns sur les autres,
                                                   comme pour se réchauffer.


                                                       Nous étions en plein soleil,
                                                  quelque jours avant la tempête.
                                                        Le vent soufflait du nord,
                                                       et nous coupais en deux,
                                               une vraie belle journée d'hiver.
                                             

samedi 25 février 2012

Le printemps était avec nous???

Sur
les
rives 
du
Saint-Laurent,
à
la
hauteur
de
Saint-Maurice,
les
glaces
dessinaient
des figures 
géométriques.
                                                 
                                                      Elles
                                                s'amusaient
                                                           même,
                                                     à
                                                                 sculpter
                                                        des
                                                              personnages
                                                        mythiques.



                                                   aussitôt
                                                            qu'elles
                                                        s'éloignaient
                                                                          du
                                                                             bord,
                                                     elles devenaient
                                                                      de plus en plus
                                                         clairsemées.

Rendu à
                                                     le printemps
                                                            était
                                             au
                                                                rendez-vous


                                                    Les
                                                          rompis
                                                    se
                                                                miraient
                                                        dans
                                                                cette
                                                        eau,
                                                                  aux
                                                    couleurs
                                                                   des
                                                           mers
                                                                   du
                                                                                           sud.




encore des glaces...

À 
l'Anse au Griffon,
ce
jour
là,
la 
mer
était
presque
toute
couverte
de
glace.









mercredi 22 février 2012

Histoire d'amour, au large de l'Anse-à-Beaufils...

Lorsque j'ai aperçu ces falaises,
ce sont 
les paroles
d'une chanson 
de
Laurence Lepage
qui me sont 
venues
en tête,
                                                        "Saint Joseph sur la côte a des glaçons
                                                  dans le nez."
                                            Des glaçons, sur le cap,
                                         il y en a, et plus d'un.
                                               Et plus nous approchons,
                                           plus ils sont évidents.
                                                           Au loin, l’île Bonaventure,
                                                  navigue tant bien que mal,
                                                  en se gardant une distance sécuritaire
                                             de la côte toute proche.
                                                   Sur le cap,
                                              le phare de Percé veille au grain,
                                                            Il guide l'île et lui apporte,
                                                          une aide précieuse,
                                               lui permettant, ainsi,de longer la côte,
                                                       sans s'y échouer, et ainsi, reprendre
                                               le large tout à sa guise.
                                                            Cette côte qui vaniteusement,
                                                 se mire sur ce miroir géant
                                                 qu'est certains jours,
                                                 le Saint-Laurent.

                                                      Avec ses glaçons , qui fièrement,
                                                 se pavanent,
                                                         À l'ombre,
                                                   comme précédemment,
                                                   où du bord de la lumière comme ici,
                                                        attire les amoureux.
                                                       C'est même assez fréquent
                                                de les voir s'y fréquenter.

                                              M. canard, arrive ici, au pas de course,
                                              faire un brin de causette à sa belle.
                                                        Plutôt timide au début,
                                                   il garde une distance de courtoisie,
                                                    lui chantant la sérénade
                                                 et lui récitant quelque poésies,
                                                     mais, l'attraction pour sa belle
                                                étant telle,
                                                            il s'approche ostensiblement
                                                    et commence sa cours.
                                                    Le premier contacte sous des apparences
                                                    difficiles,
                                                  s'améliorent, au fur et à mesure,
                                           que la relation évolue.



                                                  et laisse place à l'espoir,
                                               de voir cette union
                                                porter fruit,
                                               dans un avenir prochain.

                                                    Pendant ce temps,
                                                 les fantômes nagent au gré des flots,
                                                      sous l'oeil intéressé
                                                de cette lune,
                                                             légèrement
                                                                          timide,
                                               qui pour un moment, vient faire la cour au soleil.