samedi 28 janvier 2012

Profondeurs et réflexions...

À quelques endroits, 
la rivière se calme, 
                                                 et de ses entrailles,
                                             montent des réflexions
                                                            profondes.
                                                                        Déjà, du haut
                                                               de l'escalier,
                                                                      elle laisse entrevoir
                                                             la puissance
                                                                      avec laquelle,
                                                             elle réfléchit.
                                                   Le parois qui l'entourent s'y mirent
                                              sans restriction, pour notre plus grand
                                                                 plaisir.

                                                      Réflexions, transparences,
                                                  devant ces invitations,
                                                    il m'est  difficile,
                                                    de ne pas y voir, un Pays à notre image,

                                                     un pays, à notre grandeur,
                                                     un grand pays, tout plein de nos rêves
                                                        les plus fous,
                                                      de nos rêves,
                                                                  les plus précieux.
                                                                comme la rivière,
                                                                je réfléchis,
                                                                  et j’aperçois,
                                                               droit devant,
                                                               le courant,
                                                                qui m'invite
                                                                 à m'engager.
                                                               Les réflexions,
                                                                c'est bien beau,
                                                                   mais, il faut
                                                                           passer à l'action.
                                                                 La marche est
                                                                         abrupte,
                                                                mais, comme je l'ai
                                                                   descendu,
                                                                   je peux y remonter,
                                                              et décidé,
                                                               prendre mon pays
                                                                 en main.
                                                                 Toutes réflexions faites...

Naviguer en eaux calmes...

Bon,
le printemps
est passé,
juillet
est 
de
retour.
La rivière
s'est 
tranquillisée.
sur presque
tout son
parcours.
Mais,
ici,
elle 
recommence 
à s'agiter, 
elle 
s'étrangle,
et 
s'énerve,
ses rives
se resserrent
et
l'obligent
à une 
gymnastique
périlleuse.
                                                                     Si elle veut poursuivre sa route,
                                               il lui faut sauter de roches en roches
                                                                    et se jeter
                                               dans l’abîme qui se dessine devant ses eaux.

 Heureusement,
 ce n'est
qu'un moment  difficile à passer.
l'avenir proche,
s'annonce plus serein.
                                                                Le calme revient,
                                                             elle est plus tranquille,

                                                               malgré, quelques embûches
                                                         passagers
                                                   qui viendront pimenter sa route...

vendredi 27 janvier 2012

La Dartmouth en furie...

Seul face à la rivière,
avec 
les 
pensées
qui
se 
bousculent
au 
rythme
de 
l'eau
qui
se 
bat
pour
un
passage
vers
l’ailleurs.







dimanche 22 janvier 2012

Jaseurs des cèdres...

Ce samedi matin,
un merle d’Amérique
est venu
m'annoncer,
la visite 
de 
trois
jaseurs .
Il 
s'est 
ensuite 
fait 
discret
et
laisser 
toute
la
place 
à la
visite.


                                                    Ils sont probablement venues
                                              en simples éclaireurs,
                                                       parce qu'ils
                                                                      n'ont rien manger.                    

                                                         Ils se sont contentés
                                                   d'inspecter le garde manger,
                                                                     sans rien toucher.

                                                        Regarde à gauche,
                                                    à droite,
                                                          observe le type curieux
                                                 qui les épies,


                                                         pour finalement, laisser toute la place
                                                 au maître de cérémonie, qui les a présentés
                                                en début de matinée...

voici l'arbre en été, alors qu'il est tout en fleurs...

jeudi 19 janvier 2012

Surpris au détour...

Je flâne
entre l'eau
et le 
cap.
                                                        Photographiant
                                                                            le
                                                                                 goéland,                                                                                                                                
                                                  sans
                                                         modération
                                                                            ni
                                                             restrictions
                                                  Marchant,
                                                                 plus souvent
                                                                                   qu'autrement,
                                                    dans
                                                                 l'eau
                                                ou   sur
                                                                     les        roches.

                                                  Le soleil est chaud,
                                                                               l'air est caressant,
                                              et j'avance insouciant,
                                                                  ne me doutant
                                                                                      aucunement de ce
                                                 qui m'attend
                                                                      au détour de ce cap,
                                             dans la petite anse
                                                                       toute de sable.
Enjambant
la 
dernière
grosse 
roche,
les 
deux 
pieds 
dans 
l'eau,
jusqu'aux
genoux,
C'est 
la
panique
devant 
moi.
Toute
une colonie
de canard,
prend
la 
belle 
épouvante,
c'est la course
vers
la
mer salvatrice.  
Je ne fais
ni un
ni deux,
je sors 
mon 
attirail
et 
je 
mitraille.

                                                           Comme ils furent
                                                     beaucoup
                                                                   plus rapides
                                                      que moi,
                                                                  je ne réussis
                                                        à attraper
                                                                 que leur session de nage accélérée...                                                             


                                                Leur course effrénée sur le sable,
                                           sera captée, lors de ma prochaine randonnée,
                                              si et seulement si,
                                              un tel spectacle m'est offert une deuxième fois,
                                             ce qui est très peu probable.