mardi 28 juin 2011

Lendemain de veille...


Pendant que le soleil
tout fier
monte au dessus
des montagnes les plus hautes,
les brumes matinales
ont grandes difficultés
à quitter
leur nid douillet...
                                            Elles s'étirent,
                                              se roulent sur elles même,



                                                     pour finalement,  s'effilocher
                                                    et se disperser lentement,
                                              mais, très lentement, sans se presser,
                                                 comme pour faire durer le plaisir,                                                                                                         
                                                   elles ,avant de disparaître complètement,
                                              s'insinuent entre les montagnes
                                               s'y glissent tout doucement,
                                             profitent une dernière fois
                                            des langueurs, qui, bientôt,
                                            seront chassées par
                                                              le soleil , qui
                                                             dans toute sa plénitude,
                                                             effacera jusqu'à la dernière,
                                                             les traces
                                                             de leurs caresses nocturnes...

4 commentaires:

  1. D'une beauté époustoufflante!
    J'ai connu les mêmes phénomènes au Nord du Nord sur la lande par des moins 40C lorsque le soleil apparaissait timidement durant les longs matins d'hiver!

    RépondreEffacer
  2. @ Le factotum,
    5h30,ce matin, les deux pieds dans la rosée, à leur tirer le portrait, dur dur la vie de photographe...
    Passant devant la fenêtre, ils m'ont fais un clin d'oeil, je n'ai pu rédister à leur invitation...

    RépondreEffacer
  3. Ça vaut la peine de se lever à si bonne heure... pour tant de bonheur...

    À couper le souffle. La beauté, la conjugaison de tous ces éléments de la nature, ça m'émeut... J'assiste parfois à ces spectacles que je ne peux pas décrire. Toi, tu peux les capter avec ton appareil photo, les partager.

    RépondreEffacer
  4. @ Zoreilles,
    comme tu le dis si bien, le bonheur se vit de bonne heure...
    Quand la nature s'exprime ainsi,c'est une vrai séance thérapeutique, ce sont des moments de plénitude, qui nous laissent entrevoir l'éternité...

    RépondreEffacer