samedi 26 février 2011

où sont passées les glaces???

par ce bel après midi de février,
je marche sur la plage de Haldimand,
 j'ai les deux pieds sur le sable,
 trouver l'erreur...
Je cherche rompis et magonne,
mais je n'en trouve pas...
                                           Le plus petit morceau de glace
                                           est perçu comme un don tombé du Ciel.
                                            Je cherche, les amoncellements de glace et de neige
                                            sur lesquelles je jouais dans ma lointaine enfance,
                                            Je regarde à droite,
                                             à gauche,
                                            il n'y a que quelque petits morceaux de givre
                                           qui frissonnent isolés sur la bord de l'eau,
                                             ou qui flottent timidement
                                          sur cette  rivière, qui ici ,se marie avec le St Laurent...
                                             Sur la berge, il y a quelques rares oubliés
                                          qui la goutte au nez, attendent gênés le retour de la marée...



                                         Il est loin le temps,
                                         où il fallait se frayer un chemin entre les rompis
                                         pour enfin atteindre les crans
                                         afin de s'y geler les mains dans l'eau glacé,
                                         à  y cueillir les moules (mouques) bien fraîches
                                         que nous dégustions  sans retenue..
                                              Des glaces recouvrant le golfe à perte de vue,
                                              il y a déjà plusieurs années que nous n'en voyons plus.

                                          Et le brise glace, qui laboure encore et encore 
                                          comme si le rivière était figée dans son linceul glacé...
                           Il y fut une époque, où, les voitures traversaient d'une rive à l'autre en toute sécurité...

10 commentaires:

  1. Barbe blanche,

    C'est complètement débile ce qui se passe. On lieu de chercher comme des fous du gaz de schiste et du pétrole, on devrait étudier ce qui nous menace.

    Je lisais hier un rapport scientifique faisant un lien direct entre le réchauffement climatique et les pluies torrentielles accompagnées de vents violents qui se produisent un peu partout. Vous y avez assez goutté pour être sensibilisés.

    C'est la même chose ici. Pas de glace sur la mer. On me dit qu'il y a quelques années, il se fortmait assez de glace pour se rendre sur l'Ile du Havre à pieds durant l'hiver.

    Et Lucien Bouchard ne me rassure pas. Il dit qu'il n'y a pas lieu de s'énerver avec seulement 11 puits de pétroles au Québec. Il a comme perdu de vue que ce dont il est question présentement, ce sont les milliers de puits qu'on se préparait à creuser, à des fins de prospection, à travers les sédiments de roches. Les fractures à elles seules peuvent causer des dommages, semble-t-il, dont les effets ne peuvent être perceptibles que dans 50 ans.

    Heureusement, notre résistance trouve maintenant des appuis en France.

    Tes photos sont très belles. Je t'envie pour avoir vécu depuis si longtemps dans un site si enchanteur.

    RépondreEffacer
  2. @ Croco,
    C'est sur, quelques morceaux de glace bien placées, ça fait de belles photos.
    Si tu savais tout le temps qu'il m'a fallut pour aligner tous ces glaçons...

    @ Jackss,
    Les pluies torrentielles et les dégats qu'elles causent, j'ai ma petite idée la dessus;c'est certain, les changements climatiques y sont pour quelque chose, mais,la défôrestation, les coupes à blanc, l'appât du gain, l'argent vite fait, mal fait, y sont pour une grande part.
    La fôret,par sa présence, retient l'eau de pluie et réduit sensiblement les eaux, elles contrôle le débit du ruissellement.
    La glace sur la mer, il y en avait à perte de vue,pis de la solide en plus,c'est ce que nous appelions des rompis, car elle était toute rompue, nous allions y courir, au grand dam de nos parents qui n'avaient de cesses de nous mettre en garde des dangers de ces jeux, les rompis n'étaient pas sur, on les voyaient bouger les uns par rapport aux autres.
    Pis pour en venir à Lucien, il travaille pour les pètrolières, alors, méfiance...

    RépondreEffacer
  3. Quand tu te souviens, Barbe Blanche, de ces paysages et ces jeux de ton enfance, on mesure mieux l'ampleur des changements climatiques même sur le bord de la mer. L'érosion des glaces, c'est aussi l'érosion des berges et des terres.

    Je suis d'accord avec toi, tout ça se tient. Comment se fait-il qu'on refuse de voir ces réalités qu'on a en pleine face et de faire les liens de causes à effets? Ça s'explique, les gens sont devenus indifférents parce que trop loin de la nature et des choses vraies.

    L'autre jour, j'ai vu à la télé quelque chose qui se passait à l'autre bout de la planète. Ça m'a découragée. Des ingénieurs, des scientifiques, des architectes, travaillaient sans relâche pour des salaires de fou et mettaient tous leurs talents à recréer un faux archipel en plein océan, des îles près l'une de l'autre, un vaste complexe qui aura l'air à la fin d'un immense palmier où chacun achètera sa petite île pour s'y construire une monster house à coups de millions, de millards même. On construit de toute pièce un archipel en plein océan... Simonac, on tripote la nature, on la fait obéir à nos règles, on dénature même la mer... La planète peut bien se révolter de temps en temps.

    Quant à Lucien Bouchard, c'est l'homme qui m'a le plus déçue au cours des 20 dernières années. Regardons seulement qui signe son chèque et on n'a pas besoin de savoir autre chose pour comprendre l'essence de ses propos. Je croyais qu'il avait des idées, des convictions mais non, il était seulement un bon vendeur avec un ego démesuré.

    RépondreEffacer
  4. Ah j'ai oublié de te dire que tes photos sont magnifiques, elles démontrent un fait indiscutable mais c'est quand même « bô en kliss pareil » comme disait Croco!

    Ces glaces rares ou absentes de chez vous, c'est le même phénomène qui se produit aussi aux Iles de la Madeleine, au large du golfe près de ton rivage, comme devant chez Jacks à Havre Saint-Pierre. Aux Iles, les touristes observateurs de la migration des phoques y ont vu cette année leur séjour annulé faute de glaces justement. Une perte de 400 000 $ pour le Château Madelinot qui les hébergeait chaque année. Une perte non chiffrée aussi pour les chasseurs de phoques madelinots qui sont si controversés dans l'opinion publique mondiale. Finalement, tout le monde y perd quelque chose, des revenus ou autres.

    Des fois j'ai pas de coeur... Ce vastte complexe créé en plein océan qui prendra 5 ans à se faire à coup de milliards pour que des riches et puissants viennent s'y construire des domaines, si jamais un tsunami engloutit tout ça avec la puissance dont la nature est capable parfois, moi en tout cas, ça me fera pas brailler!

    RépondreEffacer
  5. @ Zoreilles,
    Que ce soit, les glaces, je devrais plutôt dire l'absence de glace, la déconfiture des rivages et autre, sont dues à la cupidité de l'humain;
    je me souviens, d'une époque, où le monde affirmait haut et fort, que jamais on ne pourrait vides la mer, tellement elle regorgeait de poissons.
    Ben kalisss, c'est chose faite, les vieux ne pouvaient dans leur sagesse,imaginer que l'appât du gain prendrait le dessus sur l'intelligence.
    L'humain a utilisé son génie à chercher le meilleur moyes de se détruire;
    pour ce qui est du poisson, il construirent des maudits chalutiers, ces engins qui anéantissent tout ce qui ose se trouver sur leur passage, et ils ratissent grand, (dernièrement, les pêcheurs ont dût se battre avec pêche et océan cadnada, pour que ces engins démoniaques ne reprennent pas du service) après le passage de ces engins destructeurs, il ne reste plus rien, le fond marin ressemble à une piste de dance...
    Le même fénomène s'est produit en forêt, avec les machines à bûcher, ils te nettoyent une forêt le temps de le dire, et ne laissent derrière eux, que tristesse et désolation; après ça, on se demande pourquoi, la moindre pluie devient une catastrophe écologique, pourquoi, après chaque pluie,les rivières sont gonflées d'une eau plus vaseuse que cristalline...
    La forêt qui s'abreuvait des eaux de pluie n'est plus là, la vase s'écoule donc sans retenue vers les cours d'eau, causant les dégats que nous connaissons ces temps ci.
    Et comme si ce n'était pas suffisant, on se construit des mégas complexes en plein océan,
    comme tu dis Zoreilles, je n'aurai aucunes sympatie lorsque la nature reprendra ses droit et les fera couler au fond, corps et âmes, comme dit l'expression consacré...
    Si je ne retenais pas, je crois que je chanterai même ALLÉLUYA ils ont reçu le salaire de leur bêtise, mais je vais tenter de me retenir...

    RépondreEffacer
  6. C'est la première année que la Koaksoak à Kuujjuaq ne gèle pas bord en bord cet hiver. Étrange, à Puvirnituq. les Inuits ont vu la pêche se raccourcir de six semaines à cause de la mince couche de glace.
    À Kangirsuk, les ours polaires côtoient la population faute de glace pour capturer leur proie.

    RépondreEffacer
  7. Barbe blanche, on est dans ta maison virtuelle mais me permets-tu de m'adresse à Le factotum?

    Merci ;o)

    @ Le factotum : Ça a beau être des mauvaises nouvelles, je t'écouterais en parler pendant des heures. De la vraie poésie...

    RépondreEffacer
  8. @ Le factotum,
    Le golfe St Laurent, qui jusqu'à il y a quelques années à peine, se couvrait d'une épaisse couche de glace qui rendait difficile la navigation, est complètement dégagé, il est tout au long de l'hiver resté d'un bleu allucinant, les brises glace y sont devenuent inutiles...
    Pis il y a des gens qui nient le réchauffement climatique...

    RépondreEffacer
  9. @ Zoreilles,
    Mais, faites très cher, il est tout à fait dans les bonnes manières de dire quelque mots aux invités présents ,d'autant plus que vous y faites de si beaux compliments...

    RépondreEffacer