vendredi 17 décembre 2010

Après la pluie... les dégats

À la météo, depuis quelque temps, il est question d'accumulation d'eau,
je me disais, ils sont complètement à côté de leurs bottes.
Ben là, je commence à comprendre ce qu'ils veulent dire par accumulation d'eau. 
Il en est tombé de l'eau,pis pas juste un gallon, il en est tombé des tonnes de litres.
 ne sachant plus où aller, elle s'est frayer un passage, 

 et comme elle n'aime pas faire des détours, ben là,elle a pris le chemin le plus court,
pis tant pis pour les dégâts.
Les trois premières photos , ont été prises, devant chez mon voisin.
 Un peu plus loin, c'est l'accès à la maison qui s'est donné des airs de pas carrossable.Ce ne fut pas la seule place où cele arriva.

Dans le détour, c'est le chemin qui a été pris en otage,   
                                                  


 il a dût laisser la place à la flotte qui voulait passer, coûte que coûte, peut importe les dégats.
       Sur le bord du ruisseau, le petit chien insouciant de ce qui se passait, se cherchait un passage pour venir jouer.
 J'ai quitté l'endroit rapidement avant qu'il ne se jette à l'eau, le courant était très fort, il serait parti à la dérive.
 Le bord de la route a lui aussi été pris en otage, l'eau dans sa détermination, disait, tu te tasses, je passe.
 Une partie de l'accotement est parti à la dérive, de nouvelles îles se forment sur les rivières.
 Déjà, les réparations sont commencées,
 rien ne sert de flâner, il va falloir s'activer, afin de pouvoir avoir de nouveau, accès à la maison




Les accotements ont pris leur distances d'avec la chaussée.

                                              

 Il y a du travail à faire, avant de pouvoir réutiliser cette côte.
 Elle s'est même dissociée de la route nationale.
 À la plage de Haldimand, un nouveau lac est né,
 pour récupérer la partie de route et de stationnement, il faudra sûrement faire un canal,pour que l'eau puisse s'en retirer dignement.

 La rivière Dartmouth quand à elle, elle est venue arroser le foin de l'éleveur, son riverain.

 Elle s'est même offert une séance de défrichage,
 elle a semer tout le long de son parcours, le fruit de sa récolte.

12 commentaires:

  1. Incroyable Yvon... Souhaitons que ça se replace... Vous y avez goûté.

    RépondreEffacer
  2. Excellent photoreportage! Très éloquentes ces photos. Merci de les partager avec nous!

    RépondreEffacer
  3. À voir le niveau d'eau, je me demande si ton idée de muret pour protéger le chemin de la rivière aurait vraiment fonctionné. À ce point-là, c'est pas un muret que ça aurait pris, mais un mur au complet.

    Très bonnes photos!

    RépondreEffacer
  4. Tes photos valent mille mots. On comprend l'ampleur de ces pluies de décembre. On y voit la force des éléments clairement dessinée. L'eau, ça prend toujours le chemin le plus court... Des effondrements de terrain, de l'érosion, et tout ce qui était sur le point de s'effondrer, les dégâts sont majeurs mais ils étaient sur le point de l'être encore davantage.

    Je ne sais pas quoi te dire, Barbe blanche, mais je te remercie de partager tes photos et tes impressions avec nous. Tu constates, tu expliques, tu montres, tu informes sans jamais te plaindre ni te décourager. Une belle leçon de vie dans ton attitude... ♥

    L'expression « un fier Gaspésien » te convient parfaitement, tu en es le digne représentant pour tous ceux qui te lisent.

    RépondreEffacer
  5. @ Esperanza,
    Ici,plus personne n'a soif,
    il faut maintenant, que le sol ai le temps de s'essorer avant que le gel ne s'installe, sinon, gare au printemps.
    @ André,
    Merci André,
    @ Adam,
    L'enrochement de la route est commencé, là ou c'est le plus dangereux.
    Les camions passent et repassent, ils transportent de charmants petits cailloux...
    @ Gaétan,
    En décembre, alors que tous attendons, la neige , la visite, le père Noël, avec, des HO HO HO...
    Ben là, ce fut de l'eau.
    @ Zoreilles,
    Il était vraiment temps que la pluie cesse, à plusieurs endroits, la route montre des signes de faiblesse, il n'en manquait pas beaucoup pour qu'elle parte.
    Quand la nature en a ras le bol, elle le laisse savoir, et ce de manière très clair.
    Saurons nous, comprendre son message à temps?
    Elle nous parle, en Gaspésie, sur la Côte Nord,
    en Europe, dans les pays du sud, partout, la nature crie son essoufflement, elle souffre de la cupidité de l'humain...

    RépondreEffacer
  6. Misère! C'est épeurant de constater les dégâts que Mère Nature quand elle se révolte, avec raison d'ailleurs, peut causer.

    C'est terrible pour les gens qui ont dû être évacués, certains ayant peut-être tout perdu. Comme Zoreilles je ne sais pas quoi dire, sauf "courage fier gaspésien"!

    RépondreEffacer
  7. @ Lise,
    Mère Nature, quand elle parle , ne fait pas dans la dentelle, elle s'exprime à la puissance de la blessure qu'elle subit quotidiennement.
    Plusieurs personnes ont perdu tout ce qu'ils avait,
    ce matin, je voyais passer le camion du ferrailleur, plein de poêles, de réfrigérateurs, de laveuses, de sécheuses.
    L'heure du bilan est venue,
    les réparations urgentes sont commencées.
    Il y a des blessures qui vont prendrent beaucoup de temps à guérirent.

    RépondreEffacer
  8. Simonac ! Un reportage meilleur que Radio-Canada. Bravo BB et bon courage !

    RépondreEffacer
  9. @ Crocomickey,
    Merci de ton appréciation,Croco, venant d'un connaisseur tel que toi, elle me va droit au coeur...

    RépondreEffacer
  10. Les photos sont éloquentes. Mais ça crève le coeur.
    Un désastre qui touche un si beau coin de notre pays. Quelle tristesse pour tous ces gens qui voient leur terre inondée, leurs biens qui flottent à la dérive.
    Je reste tout de même pessimiste quant aux actions que les gouvernements poseront face aux changements climatiques. Ya qu'à voir la position du gouvernement canadien à ce sujet!

    RépondreEffacer
  11. @ Caboche,
    Le travail de reconstruction est commencé,
    le nettoyage des propriétés privées est bien amorcé, l'entraide est bien présente, tout le monde est à l'ouvrage, pour aider les gens dans le besoin.
    Pis les politiciens, il va falloir leur botter le cul, pour qu'ils comprennent ce que la population veut vraiment...
    Il vafalloir frapper fort, ils ont la tête dur...

    RépondreEffacer