lundi 29 octobre 2012

Toute bonne chose a une fin...

À peine
avons nous
quitter Franquelin,
qu'une 
rivière,
une dernière,
nous
fait signe.
Comme nous en avons pris l'habitude,
je m'arrête et commence à tirer.
Une photo vers le large,
                                                    quelques autres vers l'intérieur,
                                                Les courbes bien sûr m'attirent,                                               
                                                tout comme les roches,
                                             dans différentes positions et de toutes les formes.



                                                         Revenant à la voiture,
                                             pour continuer notre chemin,
                                             un ami, traversait la route,
                                             allant clopin clopan,
                                             d'un pas nonchalant.
                                             Il poursuivait son chemin.
                                                 Il finit, par atteindre, la sécurité,
                                             s'éloignant de la voie carrossable,
                                             pour rejoindre le sous bois sauvage
                                             où il était un peu plus dans son habitat.
                                                       Finalement, nous arrivons à Baie Comeau.
                                               Nous y avons pris un bon dîner,
                                               et avons visiter rapidement.
                                              Le temps nous était compter.
                                             Ces murales insistaient pour être photographiées,
                                            avouez, elles en valaient la peine.
                                                Bien sûr, toujours, présenter
                                            la signature des auteurs.
                                                Revenant vers le quai d'embarquement,
                                             un édifice attira mon attention.
                                                   Ces murs racontent une partie
                                                de l'histoire de la ville.
                                                   Bien sûr, elle était signée comme il se doit.
                                                    Tien, ici, je commençais à me sentir
                                                un peu chez moi.
                                               De bons amis s'y baignaient,
                                               tout comme par chez nous...


                                                    Cette année, Baie-Comeau,
                                                fête en grand,
                                                son soixante quinzième anniversaire.
                                                Nous nous sommes invité, à prendre
                                             la locomotive No 125, espérant qu'elle
                                            n'aille trop vite.
                                               Ne voulant prendre aucune chance,
                                           Ma Dame, s'offrit, pour en ralentir un peu la vitesse.
                                                  Bon, finit les amusements,
                                                notre bateau arrive,
                                               allons prendre place
                                              dans la file d'attente,
                                              il ne faudrait tout de même pas,
                                              manquer le bateau...
                                                    À mi chemin, la pluie s'est mise de la partie,
                                            le vent s'est levé.Il était plutôt frais.
                                           Mais, nous retournions à la maison...
                                           heureux d'avoir fait un si beau voyage
                                          sur la Côte Nord du Québec.

7 commentaires:

  1. Barbe,

    sous les photos du "petit lapin" visiteur, celle de la Place de la Biosphère est magnifique. Vous êtes passés rapidement et n'avez pas visité donc le Centre d'interprétation des glaciers et n'avez pas vus les magnifiques paysages à couper le souffle; ce n'est pas grave, ce sera pour une autre fois.

    Et Barbe ta dame sur l'avant-dernière photo est plus que belle, vraiment, et tu as toutes les raisons au monde d'être fier d'elle. Vous avez fait un voyage de rêve!

    Je me souviens d'un enseignant (biologie), en secondaire 2, un Montréalais de souche, un pur et dur, qui n'avait que du mépris pour les régions en général et ne ratait pas une occasion de décrier Baie-Comeau. Pour lui c'était une punition et je me souviens d'un commentaire gravé dans ma mémoire: "Baie-Comeau, moué j'donne pas dix ans à ça". J'avais été tellement insultée!

    Ben le monsieur il avait tort! Plus de quarante ans plus tard, Baie-Comeau déborde de vie et est bien plus en santé que Montréal la moribonde.

    :-DDD

    Merci Barbe! Et à ta dame aussi!

    RépondreEffacer
  2. Barbe,

    pour préciser, à propos de l'enseignant; pour lui c'était une punition (je l'ai dit) de se retrouver dans ce trou perdu...

    :-DDD

    RépondreEffacer
  3. @ Lise,
    La place de la Biosphère, c'est tellement beau, c'eut été péché, d'en manquer la photo...
    Passés à Baie-Comeau rapidement tu dis, un vraie coup de vent.
    À peine le temps de dîner, que c'était le temps de prendre le bateau.
    Le Jardin des glaciers, nous n'en avons vu que le stationnement,
    devant l'étendue du site, nous avons dû renoncer à le visiter.
    Ce n'est que partie remise.
    Ton professeur de biologie, quel insignifiant,
    c'est un de ces montréalistes qui s'imaginent que hors de Montréal, il n'y a que villages habités de primitifs sans culture, hé oui, et malheureusement, ils sont nombreux...
    Cette année, comme tu le sais surement, pour faire pâlir de jalousie ce professeur sans génie, Baie-Comeau, fête ses soixante quinze ans d'histoire.
    Et ce n'est qu'un début,l'avenir s'y annonce prometteur.

    Pour l'ensaignant, comme punition, je lui aurais présenté certains cartier de Montréal, il aurait été servi à souhait.

    RépondreEffacer
  4. Du plus loin que je puisse remonter dans mon arbre généalogique, je trouve une famille de Montréalais « de souche ». Je ne sais pas s’ils étaient tous des « purs et durs » (est-ce un compliment ou un défaut???) mais je crois bien qu’ils étaient fiers de leurs origines et de ce qu’ils étaient,des gens très patriotiques. (mon grand oncle est d’ailleurs l’auteur du fleurdelisé).

    Je suis toujours un peu exacerbée lorsqu’on pointe du doigt une personne en faisant allusion à ses origines (un Montréalais, un Québécois, un Noir, un Arabe, etc.). Ce n’est pas l’origine ou le lieu où on habite qui fait ce qu’on est ou notre façon d’agir. Des gens méprisants, il y en a partout.

    J’aime le Québec, je l’ai visité de l’Outaouais jusqu’à la Gaspésie, en passant par Charlevoix, le Saguenay, les Cantons de l’Est, les Hautes et les Basses Laurentides et la Côte Nord jusqu’à Mingan. J’ai vu des paysages époustouflants, des villes et des villages ravissants, dynamiques et d’autres lieux moins inspirants. J’ai rencontré des gens accueillants, chaleureux, sympathiques et d'autres parfois … bof!

    J’ai parlé de la Côte Nord sur mon blog. Tu peux lire ce récit qui s’échelonne sur 3 billets : les 27, 28 et 29 juillet 2008 en cliquant sur Toutes les archives et sur juillet 2008.

    P.-S.: Ce sont tous les Québécois ensemble, citadins, villageaois, de souche ou pas qui construisent le pays.

    Tiens, à Baie Comeau, qu'est-ce que j'ai découvert? La mactre de Stimpson, un petit mollusque qu'on nous avait rès bien apprêté dans un resto dont j'ai oublié le nom.

    RépondreEffacer
  5. @Barbe,

    justement cet enseignant ne cessait de nous rebattre les oreilles à propos du manque de culture (avec un grand K) à Baie-Comeau, et les avantages de Montréal la grandissime en comparaison; on voyait qu'il avait hâte d'en finir avec cette ville perdue...

    @Caboche

    Si j'ai précisé le lieu de naissance de cet enseignant c'est parce que, comme je l'ai dit il ne cessait de comparer Montréal avec ma ville natale, au détriment de cette dernière. J'aurais du écrire un enseignant venu d'ailleurs, histoire de ne choquer personne.

    Je n'ai pas lu tes billets à propos de la Côte-Nord, mais je me souviens de l'un d'eux intitulé "Montréal ma ville, qu'est-tu devenue?", avec photos. Tu es une Montréalaise qui aime sa ville mais se désole de bien des choses et ne lui donne pas l'absolution totale.

    Moi Montréal, dans mon cas ce sont les transports en commun avec promiscuité, debout la plupart du temps à l'heure de pointe, entassés comme des sardines dans une boîte, sauf que ces dernières ont l'avantage d'être mortes, avec risque d'être éborgnée par un sac à dos d'étudiant.

    Sans parler du quartier que j'habite parce que je n'ai pas les moyens de déménager ailleurs; au moins j'ai un travail et ne dépend pas de l'aide sociale. Je fais avec ce que j'ai et ne demande rien à personne. L'épaisseur du porte-feuille est ce qui importe à Montréal, comme ailleurs. Le mien ne contient que l'essentiel. C'est sûr que si je demeurais dans un quartier aéré et verdoyant j'aimerais davantage ma ville d'adoption. Tant pis pour moi!

    Mais être pauvre en région est mille fois plus agréable qu'à Montréal; au moins on respire un air pur, et (pour le moment) c'est gratuit.

    RépondreEffacer
  6. @ Caboche,
    Que tu sois fier de tes racines Montréalaises, me rend bien aise comme dirait la Sagouine,il n'y a rien de plus normal.
    Je constate à ton commentaire, que tu commence à comprendre ce que ressentent les gens des régions face à certains citadins, hautains et imbus d'eux même.
    Je ne doute,pas, mais, pas du tout, que tu aimes le Québec sous toutes ses coutures,et comme toi, je suis conscient,que le Pays a besoin de tous ses citoyens pour un jour, se réaliser.
    Ici, si l'origine de l'individu a été identifier, ce n'était que pour bien camper ce triste sire...

    RépondreEffacer
  7. @ Lise,
    Ce genre de messie, qui débarquent dans une ville ou pire, un village,de quelque région que ce soit, se croient tellement supérieurs, qu'ils portent ombrage à la cité d'où ils originent,et c'est malheureusement, leurs concitoyens et concitoyennes, qui écopent.
    Ces plus que parfaits sont tellement chiants, que tout ce qu'ils sèment, c'est la hargne et la colère.
    Et quand, les personnes insultées, osent en parler, parfois, il arrive qu'elles ratissent plus large que voulu.

    RépondreEffacer