samedi 8 septembre 2012

Matinée à Havre St-Pierre...

De bon matin,
je 
prends
la rue,
histoire
de circuler
dans
les pas
de mon 
ami Jackss.
Je marche
depuis
à peine
quelque minutes,
que là, en bas,
sur l'eau,
un bateau se perd
dans le brouillard.
Je fais ni un ni deux,
je retourne 
sur mes pas,
chercher, 
en quatrième vitesse,
mon appareil photo...
Derrière, 
l'église,
là bas, 
sur l'eau,
dans 
le brouillard,
disparaît
lentement,
le bateau.
                                                 Mais, pour l'instant,
                                               c'est la méthode de calcul utiliser
                                             pour arriver à cette affirmation
                                            qui occupe toute mon attention.
                                          Il faut croire                                                                                                                                                    
                                          que vraiment,ici au Nord du Nord,
                                          les voies du Seigneur
                                          sont impénétrables...
                                         

                                                                Je ne pouvais
                                              marcher dans les pas de Jackss,
                                             sans rencontrer, le cimetière mystérieux,
                                                 ni sans remarquer, l'accent Acadien
                                               des noms de rue...
                                                  Seulement quelques pierres tombales
                                                donnent les noms de tous ceux et celles
                                               qui reposent ici.

                                                   Vous avez sûrement, aperçu
                                            deux photos avant celle ci, les deux préposés
                                           à l'entretien général de l'endroit.
                                                    Comme cela arrive trop souvent,
                                              un qui travaille et un qui observe.
                                                  Bon, nous y voici,
                                               il est bien là,
                                             juste devant moi,
                                            ce bateau qui lentement,
                                            disparaît dans la brume matinale.

                                                  Il m'attend, désireux qu'il est
                                                de passer à la postérité,
                                               par mon objectif interposé...
                                                                 Il me fait un dernier
                                                         salut, avant                                              
                                                    de sombrer dans l'oublie et de disparaître
                                              dans les bras de l'éternité...
                                                      Nous avons tous deux,
                                                le temps
                                              d'une pause,
                                              vécu un moment d'éternité.

4 commentaires:

  1. Bien vrai que tu as marché dans les pas de Jacks, j'ai reconnu bien des endroits dont il nous a parlé et c'était comme si tout ça était déjà un peu familier mais encore tout aussi merveilleux que la première fois.

    Et ton bateau qui disparaît dans le brouillard de ce matin magique... Moi, la beauté, comme les instants d'éternité, ça m'émeut...

    ;o)

    RépondreEffacer
  2. @ Zoreilles,
    Tu peux témoigner maintenant, que je ne conte pas d'histoire, que je dis presque toujours la vérité...
    Le bateau qui s'efface, quand je l'ai vu, je n'ai pu me retenir de courir chercher mon appareil photo, et le résultat...
    Cette scène, était tellement belle,
    je ne me serais jamais pardonné de passer outre...

    RépondreEffacer
  3. J'ai un grand respect pour ces pêcheurs qui partent aussi tôt le matin. J'aime particulièrement l'avant dernière photo où on les voient encore un peu.Ce doit être une belle expérience d'aller pêcher sur ces bâteaux. J'aime ces matins où il n'y a encore personnes sur les rues,juste avant le lever du soleil c'est le silence complet. Belles photos Barbe Blanche merci!

    RépondreEffacer
  4. @ Étoile,
    Les pêcheurs, ce sont de vaillants gaillards, il faut être fait fort, pour être pêcheur, je partage ton respect pour ces travailleurs de la mer.
    Pour avoir pêché pendants mes vacances, étant étudiant, il y a de cela quelques années,sachant que c'était temporaire, j'aimais bien, prendre le large, à la levée du jour, et humer l'air du large, de très beaux souvenirs, mais je savais que je n'en ferais pas carrière.

    RépondreEffacer