dimanche 2 septembre 2012

De Natashquan à Baie Joan Beetz...

La 
route,
de 
Natashquan
à
Baie Joan Beetz,
ne 
voulait
pas
avancer.
À
tout
moment,
je
m’arrêtais
sur
le
bord
de
la
route,
quand
il
y
en
avait
un
et je
mitraillais
sans
réussir,
à
me
rassasier
de
toutes
ces
BEAUTÉS.
Maintenant, 
je me tais
et je 
vous laisse
apprécier 
ces beautés
que nous
offre
le Nord.  




































5 commentaires:

  1. Toutes ces beautés... Oui, tu peux bien le dire!

    J'ai cliqué toutes tes photos, une par une, j'aurais voulu m'y perdre... C'est à la fois étrange et familier pour moi, toutes ces rivières, ces aux vives, ces forêts pas aménagées, naturelles, belles dans leurs imperfections et leur lutte, ces paysages sauvages, bruts, qu'on aurait le goût d'apprivoiser mais sans y laisser la moindre trace de notre passage.

    Je manque de mots alors je ressors ma marotte : Qu'il est beau, qu'il est grand, notre Québec!

    Merci pour ce beau voyage, Barbe blanche..

    RépondreEffacer
  2. Il me manque un E à aux vives, j'ai manqué une lettre sur mon clavier en tapant trop vite mais j'ai rien manqué de tes photos, c'est promis juré!

    RépondreEffacer
  3. En voyant tes photos je m'imaginais avec ma canne à pêche à taquiner le saumon. Mais il y a une interdiction de pêcher alors,respectons les lois et aussi l'environnement.Ces photos sont superbes et dire que c'est chez-nous au Québec. J'aime beaucoup l'immensité de ces territoires non habités. Merci pour ce beau patage et bonne journée!

    RépondreEffacer
  4. @Zoreilles,
    J'aurais aimé, avoir au moins un mois complet, pour pouvoir en faire le tour comme du monde,
    de ces paysages plus grands que nature,
    mais, je me suis rassasier et j'en ai ramené toute une collection d'images qui m'inspirent,
    le plus grand respect,
    pour les grandeurs ce notre si beau Pays.

    RépondreEffacer
  5. @ Étoile,
    Tu as remarqués, ce sont pour ainsi dire, toutes des rivières à saumon.
    Même que certaine sont privées, une d'entre elles est clairement identifiée.
    Ces étendues sauvages, inspirent, un sentiment de plénitude, c'est comme si j'y avais fait un pèlerinage...

    RépondreEffacer