lundi 3 octobre 2011

Variation sur un même sujet...

En route pour le paradis terrestre,
comme trop souvent cet été,
la rivière est sur la route.
Regardant derrière moi,
je l'aperçois qui me fait signe,
                                                      il m'invite à venir le rencontrer
                                                  d'un peu plus près,
                                                  j'avance un peu, presque timide,
                                                 plus près qu'il me dit,
                                              n'ai aucune crainte,
                                                   j'avance encore un peu,
                                              je l'encadre, histoire,
                                             de mettre sa beauté en évidence,
                                                   encore plus près qu'il me dit,
                                                              alors là,
                                                          je m'avance,
                                                          tout près,
                                                          tellement près,
                                                          que j'entends
                                                          sa voix,
                                                          toute frêle,
                                                          qui me dit:
                                                          peux tu,
                                                          s'il te plais,
                                                          me redresser,
                                                          que je puisse,
                                                          enfin,
                                                          regarder
                                                          la vie
                                                          dans toute
                                                          sa grandeur...
Ce fut un travail gigantesque,
mais, n'est ce pas qu'il est beau.
Il est maintenant prêt
pour faire sa tournée,
à la fin du mois...

4 commentaires:

  1. Bonjour Barbe blanche

    Le paradis est souvent très près de nous. C'est encore plus vrai dans certaines régions où la nature est demeurée maître. Encore faut-il avoir des yeux et un coeur pour voir. Tu le réussis à merveille. Merci de nous en faire profiter.

    RépondreEffacer
  2. @ Jackss,
    La nature est tellement maitre ici, qu'elle a coupé l'accès au paradis terrestre durant, presque tout l'été, mais, ce sera bientôt, chose du passé, la route y menant, se rafait une beauté et s'élève de manière telle, que bientôt, la rivière n'y pourra plus y faire son nid...
    Tout cela se fait dans bien sur, le respect de l'intégrité de la rivière à saumon qui la longe, hé oui, cette rivière qui, année après année, s'étend sur la route, est une rivière à saumon renommée,la Dartmouth.

    RépondreEffacer
  3. Laissons libre cour à la nature et la nature nous le rendra.
    Tes photos en sont la preuve!
    Merveilleux paradis, quand tu me tiens ...

    RépondreEffacer
  4. @ Le factotum,
    Lors du déluge de décembre 2010, les arachis se sont accumulées partout le long de la rivière, ici, ils étaient tout près de la route, alors, je n'ai pu résister à leur tirer le portrait...

    RépondreEffacer