samedi 4 septembre 2010

Georges Langford - La Butte

Chez nous, on disait le coteau, mais maudit comme les histoires se ressemblent...

J'ai connu George à la fin des années soixante, lorsqu'il venait chanter à Gaspé. Je faisait l'éclairage de ses spectacles...

Nostalgie quand tu nous rattrape...

De très beaux souvenirs...

9 commentaires:

  1. Et moi me souvenir d'entendre ses chansons à la brasserie de mon village du temps qu'un verre de draft coûtait pas cher.
    Par chez-nous on parle de buton...

    RépondreEffacer
  2. @Gaétan,
    Bienvenue par chez nous, il me fait plaisir de t'accueillir dans mon monde virtuel, prend une chaise et installe toi tout à ton aise.
    Pis sur le buton, il s'y passait possiblement les mêmes choses que derriere la botte ou le coteau, c'était la jeunesse qui s'ajustait...

    RépondreEffacer
  3. correctif........derrière le butte ou le côteau;
    bon c'est fait.
    prends une chaise et installes toi.
    Il est bien de me relire avant de publier, mais il m'arrive de ne rien voir même à la deuxième relecture, alors...

    RépondreEffacer
  4. Bravo, Barbe Blanche

    Vraiment, je suis impressionné. Il me reste à aller écouter l'extrait. Je suis présentement sur un ordi qui n'a plus de son!

    RépondreEffacer
  5. @ Jackss,
    Je suis convaincu que tu vas aimer, une guitare, un piano et une voix, et quel voix...

    RépondreEffacer
  6. Ah nostalgie... J'ai autant aimé réentendre Georges Langford que Bobino l'autre jour!

    La butte, je sais exactement de laquelle il parle, c'est la butte à Mounette, juste en face d'où il a grandi, comme mes parents qui étaient tout près de là, à Havre-aux-Maisons. Sur le faîte de la butte à Mounette, quand tu regardes loin loin à gauche par temps clair, tu vois l'Étang-du-Nord « ousque j'irais quand je serais grand pis fort ». J'ai tout revu le paysage, la baie d'en dedans, la cabane « ousque les soeurs allaient se déshabiller », c'était le chalet des religieuses de la Congrégation Notre-Dame, j'avais trois tantes au couvent de Havre-aux-Maisons. Cou'donc, son grand-père Richard dont il parle dans sa chanson, c'était tu parent avec toi? On sait jamais, le monde est petit, t'as même fait l'éclairage de ses spectacles!

    Ce que je donnerais pour voir le show au complet... Merci pour « La Butte » Barbe blanche, c'est un beau cadeau.

    RépondreEffacer
  7. @ Zoreilles,
    Comme il est agréable, de voyager sur une chanson, la mémoire, c'est une belle invention, quand elle fonctionne,et je te souhaite qu'elle fonctionne encore très longtemps...
    Son grand père Richard,hé non, d'après le site sur la généalogie que j'ai consulté, nous ne sommes pas parent. au coll`ge, j'ai connu un Richard qui venait des Iles...
    L'éclairage de ses spectacles lorsqu'il venait à Gaspé, hé oui, j'ai eu ce privilège.
    Le cadeau, c'est aussi à moi que je l'ai fait, heureux qu'il t'ai plu à toi aussi...

    RépondreEffacer
  8. Je lui ai serré la pince ya deux ans dans un chalet de ma soeur où il trippait avec des chums. Savais-tu que c'est lui qui a écrit la populaire chanson "Le frigidaire" que Tex Lecor a popularisé ?

    RépondreEffacer
  9. Il aime tripper, c'est su...
    Le Frigidaire, bien sur je sais, Tex a à l'époque changé une phrase et s'est inscrit comme auteur de la chanson.
    Tex a changé:" Tant que j'pourrai m'toffer dans l'frigidaire"
    Par :"Tant qui m'restra queqchose dans l'frigidaire"
    George a eu assez de difficulté à récupérer sa chanson par la suite...

    RépondreEffacer