mardi 29 mai 2012

Histoire de famille...

Une visite
à Forillon, 
avant qu'ils
ne commencent 
à quêter
à la barrière,
ce 
dimanche, 
m'a permis
de faire 
toute une rencontre.
                                                Un bel ours, qui était tellement occupé
                                           à s'empiffrer, qu'il ne semblait pas être conscient,
                                           d'être observé.
                                                un coup d'oeil à sa gauche,
                                             un autre à sa droite,
                                             pour finalement, filer tout droit.

                                                Par moment, on aurai dit, un ourson de peluche,
                                           mais. il ne fallait surtout, ne pas se laisser berner.
                                                    Juste un peu plus loin, une tache noir
                                             attire à nouveau notre attention.
                                              Regardons y de plus près,
                                                        bien oui, c'est une ourse, surveillant ses petits.
                                                  pour sa part, elle ne perd pas de temps
                                            à faire la belle,
                                                 elle sort côté forêt entraînant à sa suite,
                                                 ses deux petits qui gambadaient
                                            tranquillement, un peut à l'égard,
                                            dans les herbes hautes.
                                                Une vraie belle rencontre, inattendue.

23 commentaires:

  1. Wow tu es tellement respectueux envers la faune et la nature qu'elles te le rendent bien!!

    Bon, j'ai quand même un brin de jalousie à la vue de tes magnifiques photos :)

    RépondreEffacer
  2. J'en reviens pas, on se croirait dans le conte pour enfants « Boucle d'Or », on a Papa Ours, Maman Ourse et même deux bébés ours.

    Ces photos sont magnifiques, et quel décor! On va vouloir te les emprunter au Ministère des Ressources naturelles pour illustrer des études sur l'ours noir.

    J'abonde dans le même sens que Virginie : tu as tellement de respect pour la nature qu'elle te le rend bien.

    RépondreEffacer
  3. Quelle belle façon de passer un dimanche! Maman ourse a bien raison d'aller faire une balade avec sa progéniture. Les dimanches c'est fait pour ça!

    RépondreEffacer
  4. Tes photos sont superbes.Je comprends que tu aies passé un bon moment. C'est gros toutous sont charmants mais de loin n'est-ce pas? Merci pour ce décor magnifique que tu nous partage aujourd'hui. Bonne journée Barbe Blanche.

    RépondreEffacer
  5. @ Virginie,
    Ils étaient là, ils m'attendaient , le papa en premier,semblais faire le guet, pour assurer la tranquilité de sa famille.
    Merci pour ton appréciation des images...

    RépondreEffacer
  6. @ Zoreilles,
    le ministère a besoin d'être très bien argenté, si ils veulent utiliser mes photos, je ne les laisse pas è n'importe qui...
    Je te fais une confidence, boucle D'or maccompagnait, elle s'appalle, Ma Dame...

    RépondreEffacer
  7. @ Spécialiste de l'éphémère,
    Un beau dimanche après midi, tout ensoleillé, elle avait choisi, le plus beau coin, pour faire un pic nic avec sa famille.
    Le seul coin que parc canada n'a pas systématiquement détruit.

    RépondreEffacer
  8. @ Étoile,
    Je dois te dire que ma Dame a trouvé, que je m'étais approché de papa ours, alors, pour les autres, ayant été bien sermonné, j'ai gardé mes distances, en utilisant un peu plus le zoom de ma caméra...

    RépondreEffacer
  9. Dans l'effervescence du moment, ta Dame a bien fait de te protéger!
    De très belles photos!

    RépondreEffacer
  10. Boucle d'Or avait bien raison de te sermonner, tu aurais pu être imprudent tellement c'était le photographe qui avait pris le dessus sur l'homme!

    Confidence pour confidence, j'ai montré tes photos à Crocodile Dundee hier soir. Il en revient pas des gros ours que tu as capturés (en photos), tu habites dans un coin de paradis, qu'il dit, il se souvient de tes films d'orignaux et tes ruisseaux! Le jour où il sera à la retraite, il voudrait faire comme toi. En passant, il n'a pas pu, lui non plus, identifier ton bel oiseau qui a fait son nid chez toi, dans le billet précédent.

    J'ai bien pensé que pour que tu donnes tes photos au Ministère, il aurait fallu qu'ils donnent la patte!!!

    RépondreEffacer
  11. @ Le Factotum,
    C'est mon Ange gardien, elle y tiend à son homme, elle n'aime pas la viande haché...

    RépondreEffacer
  12. @ Zoreilles,
    Comme elle était resté dans l'auto, amour des ours oblige, c'est à mon retour que j'ai eu droit à une leçon je dois le dire, bien mérité,de prudence.
    Ce qui m'a fait reculer, c'est un fumeur, qui arrivant dans mon dos, et ayant le vent arrière, m'étouffait avec sa fumée...
    Je confirme les dires de Crocodile Dundee, c'est tout à fait vrai, j'habite au paradis, la montagne d'un bord avec ses beautées sans cesse renouvelée, sa faune, sa flore, er de l'autre la mer toujours en changement, un jour calme comme un miroir, le lendemain, une vraie furie, un autre jour, elle ondule doucement, sous le soleil qui s'y mire, et que dire du vent, qui vient caresser nos visages dans un geste de tendre affection.
    Ce bel oiseau, il est arrivé, il y a environ trois ans, j'ai hâte de mieux le connaitre.

    Juste le mot ministère,
    me donne de l'urticaire...

    RépondreEffacer
  13. Magnifiques photos Barbe-Blanche. Les ours en liberté, jusqu'à quand? Sur ma Côte-Nord natale, il y a "Le domaine de l'ours noir" près de Baie-Comeau, qui est une attraction touristique. Les visiteurs peuvent observer les ours via des loges où ils sont à l'abri, et n'ont pas le droit de les nourrir, si ma mémoire est bonne.

    Je me souviens d'un voyage en Abitibi lorsque j'avais huit ans; au retour nous étions arrêtés j'ai oublié où, mais il y avait un vieil ours édenté, attaché avec une chaîne, et le "propriétaire" faisait payer les passants pour lui offrir une bouteille de Coke ou autre cochonnerie, qu'il prennait entre ses pattes (aucunement agressif) et vidait aussitôt. L'amoureuse des animaux que je suis depuis toujours avait été ravie de lui donner une bouteille; aujourd'hui j'y repense avec horreur.

    Puissent les ours vivre en liberté le plus longtemps possible1

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. @ Lise,

      C'est chez moi près d'Amos. L'endroit s'appelait le Dépanneur de l'ours.
      Moi aussi, je lui ai donné quelques bouteilles...

      Effacer
  14. J'ai fait plein de fautes de frappe et d'orthographe. Mille excuses!

    RépondreEffacer
  15. Ça s'est fait aussi au Témiscamingue dans le temps...

    Pour se faire pardonner, j'ai le goût d'ajouter que maintenant, tout près d'Amos, on a le Refuge Pageau. On y soigne tous les animaux sauvages qui y sont amenés (par des agents de la faune) et on les remet en liberté lorsqu'ils sont sur pied... quand c'est possible. Ce n'est pas un zoo mais une sorte d'hôpital ou de maison de convalescence ou encore un CHSLD pour animaux. Toute l'équipe de Michel Pageau, son épouse, sa famille et maintenant plusieurs employés sont à l'oeuvre à longueur d'année.

    Aussi, je lisais justement hier soir une étude du MRNF sur l'ours noir. Il existe un site d'observation des ours au Centre plein air Bec-Scie, à La Baie, (Saguenay-Lac St-Jean) « administré par l'entreprise Okwari Aventure. L'activité d'observation de l'ours noir prend de l'ampleur auprès des touristes européens qui sont toujours impressionnés d'apercevoir le cousin de Yogi l'ours dans son habitat de forêt boréale. » (l'été dernier, entre 3000 et 3200 touristes, surtout européens, sont venus sur le site et chacun y a laissé en moyenne 200 $ par jour de retombées, de l'argent neuf qui provient de l'extérieur...)

    RépondreEffacer
  16. @Factotum

    Ça alors! Le monde est petit; mais je n'avais que huit ans alors, c'était il y a plus de quarante ans. Il est sûrement mort ce pauvre ours. Ce dépanneur existe encore???

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, le dépanneur est toujours là! Et il a gardé le nom de "Dépanneur de l'ours".

      Effacer
  17. @ Lise, Le Factotum et Zoreilles,
    je suis ravi, de lire vos histoires respectives, vous m'en apprenez des affaires intéressantes vous autre...
    Ici, à Forillon, il est interdit de nourrir les ours, sinon, ils deviendraient trop familiers et ils viendraient se nourrir dans les paniers de pique nique des campeurs...
    Parfois, les grades du parc, leur tirent des balles de caoutchouc pour leur faire craindre l'odeur des humains, alors, en ne les nourrissant pas, nous évitons de les attirer et de les mettre dans la mire des garde...

    RépondreEffacer
  18. Excellente idée, Barbe blanche, de ne pas nourrir les ours... Avec ton explication sur les gardes du parc et les balles de caoutchouc, ça nous le démontre clairement.

    RépondreEffacer
  19. @ Zoreilles,
    Il y a un gite, tout près de la forêt,à l'orée de Forillon, et parfois, des clients vont essayer de caresser les ours, qui viennent tout près du gite.
    Les propriétaires font tout ce qu'ils peuvent pour les en dissuader, mais parfois, certain s'y aventurent pareil, ces gens sans en connaître l'ampleur de leur bêtise, jouent à la roulette russe...

    RépondreEffacer
  20. Ce qui me frappe ici c'est vraiment que les animaux ont prédominance l'humain, On y voit une magnifique maison, dont les propriétaires ont été expropriés, mais à la différence de d'autres propriétaires celle-ci n' a pas été incendiée. Elle fait partie de l'histoire mais au fil du temps elle sera perdue car Parc Forillon n'investit aucunement dans la préservation de la vie humaine qui a déjà eu lieu à ce magnifique endroit. Il a tu l'histoire et a interprété enlevant ainsi le sentiment d'appartenance des gens qui y habitaient et qui ont été bafoués. Aujourd'hui après plus de quarante ans, la dernière génération se fait un devoir de mémoire en produisant des témoignages qui nous rappellent la vie qui se passait à cet endroit et tout ce qu'ils ont perdu. Ne pas oublier l'histoire avant Forillon, pendant et après. Ne pas oublier que tout s'est fait sans aucun respect des habitants de cet espace. Dès la signature pour une bouchée de pain la maison et les dépendances étaient incendiées aussitôt que les habitants quittaient les lieux avec comme objectif de revenir chercher leurs meubles, Le lendemain ou quelques heures plus tard il était trop tard. Plus rien....incendié.... anéanti.....vide....... La poignée de dollars n'a pas suffit à rembourser ce qu'il restait à payer.

    RépondreEffacer
  21. @ Dîne Dyne,
    parc canada, des voleurs, des destructeurs, des pilleurs, des menteurs,
    plus je les connais, plus je les haïs.
    Je n'en dit pas plus,
    je veux rester de bonne humeur et polis.

    RépondreEffacer