vendredi 1 septembre 2017

Pause détente.

Une fois
rendu près de moi,
nous en avons profité
pour piquer une petite jasette.
Mais, ce que nous avons échangés
restera privé,
ne t'en offusque pas,
c'était tellement banal
comme conversation.

2 commentaires:

  1. En attendant passe le temps
    Clopin clopan sans un tourment
    En attendant passent les heures
    Contre mon gré à contre cœur
    Moi qui avais cru un instant
    Dominer l'angoisse et la peur
    Me voilà tout aussi perdant
    Au jeu des minutes et des heures...

    C'est un extrait d'un poème que j'avais écrit il y a longtemps!


    RépondreEffacer
  2. @ Zoreilles,
    Merci Zoreilles de partager ici un peu de ta poésie,
    elle goute la candeur de la jeunesse,
    la fraicheur du temps
    où nous avions le temps.
    Ce temps qui file, file
    comme celui d'une araignée
    tissant sa toile toute soignée.

    RépondreEffacer