vendredi 14 août 2015

Un peu de repos...

File le jour,
tombe la nuit
passent les nuages
décorant l'horizon.
Les bateaux,
cordés bien en rang,
sur le miroir du soir
attendent sagement
   le signal du départ
sonnant, juste un peu,
avant le retour
du prochain jour.












12 commentaires:

  1. Très belles photos.
    Bonne journée!

    RépondreEffacer
  2. Oui elles sont toujours aussi belles tes photos. Je suis un peu en deuil de la mer ces jours-ci, ça me fait ça à chaque fois que je vais aux Îles, quand j'en reviens. Je vais m'en remettre, je m'en remets tout le temps!

    À l'aller, on n'a pas juste survolé ton pays, on a atterri à Gaspé et on nous a donné la permission de sortir pour aller à la salle de bain vu que celle à bord de l'avion était défectueuse. J'ai dit voilà ma chance et je suis restée dehors à respirer le même air que toi pour quelques minutes! Au retour, c'était direct de Havre-aux-Maisons jusqu'à Montréal et je t'ai fait un ti beubaille en passant au-dessus de chez toi! C'est si beau, la Gaspésie, avec la mer, les forêts, les montagnes et la chaleur des gens.

    RépondreEffacer
  3. Que de belles images, beau souvenir d'été 2015 et un texte poétique en plus. Quoi demander de mieux.

    RépondreEffacer
  4. @ Le factotum,
    Quand j'ai vu ce ciel de fin de journée se reflétant sur la rivière,
    je me suis dit, tiens, je vais faire quelques images.

    RépondreEffacer
  5. @ Zoreilles,
    Tu as foulés le sol gaspésien et tu as pris le temps de humer l'air de par chez nous, ça doit donc être ça,
    l'odeur de sapin et d'épinettes qui m'est venu au nez un moment donné, à moins, que ce ne soit les épinettes et les sapins qui m'entouraient.
    Atterrir à Gaspé est parfois tout un exploit, l'avion brasse de tous bords tous côtés, même par temps calme.
    J'espère que lors de ton atterrissage, l'accueil fut plus recevant, et que vous avez glissés tout doucement vers le sol.
    Je comprends que la mer puisse te manquer en quittant les îles, là bas, c'est la mer partout, et une fois que la mer attrape quelqu'un, elle ne lâche plus, elle s'est infiltrer dans les veines, inondant le coeur de ses effluves enivrantes, il n'est plus possible de s'en défaire.
    Personnellement, lorsque je m'en éloigne un tant soit peu, je m'empresse d'y revenir afin de calmer cette soif de grand large.

    RépondreEffacer
  6. @ Géraldine,
    C'est vrai, que c'était une très belle soirée.
    Tu dis quoi demander de mieux, ben, je dirais :d'autres images.

    RépondreEffacer
  7. Tu as tout compris, cher ami, quant à mon manque de la mer, ça me prend des semaines à m'habituer à vivre sans elle à nouveau. Rassure-toi, ce petit escale imprévu à Gaspé fut doux, ensoleillé et agréable. Grâce au bris des toilettes dans l'avion, au lieu de juste débarquer les quelques Gaspésiens à bord et de repartir, nous avons eu la chance de tous nous rendre aux toilettes de l'aéroport avant de rembarquer dans l'avion. C'était drôle, il fallait tous qu'on repasse par la sécurité avant de rembarquer, ça nous a donné la chance d'assister à quelques retrouvailles chaleureuses des gens de chez vous qui accueillaient leur monde, c'était donc beau... J'ai fait semblant d'aller aux toilettes mais à la place je suis sortie dehors pour quelques minutes voir de près vos paysages fabuleux entre mer, forêts et montagnes, hihihi!

    RépondreEffacer
  8. @ Zoreilles,
    Dis donc, cet escale en Gaspésie, ça ferait un bien beau billet chez Zoreilles tu ne trouves pas...
    Depuis un certain 11 septembre, ils sont devenus maniaques côté sécurité dans dans les aéroports.
    Il n'y a pas si longtemps, nous montions à bord de l'avion sans problèmes, même que c'en était
    presque dangereux, n'importe qui de mal intentionné aurait put passer n'importe quoi et tout le monde n'y aurait que du feu.

    RépondreEffacer
  9. Tellement de choses que j'ai vécues depuis la fin avril (où j'ai mis fin à l'aventure de Chez Zoreilles sans délaisser la section commentaires où mes amis(es) viennent encore me saluer parfois) auraient pu virer en nouveaux billets. Il me vient souvent des histoires et anecdotes vécues à l'esprit mais ça se rend pas au bout de mes doigts sur mon clavier... J'ai eu de la peine d'en arriver à cette décision-là, ça n'a pas été facile, je t'assure mais maintenant que c'est fait, tu sais... Je te trouve bon de continuer et je t'encourage à le faire si t'as encore le feu sacré parce qu'on aime voir tes photos et entendre ce que tu as à nous dire.

    RépondreEffacer
  10. @ Zoreilles,


    Même si parfois, j'ai l'impression de parler tout seul, je persiste, parce que vois tu, je suis radoteur et j'aime m'écouter ne rien dire.

    RépondreEffacer
  11. @ Zoreilles,
    Il y a longtemps que je n'ai piqué une bonne jasette de même, ça fait différent de me parler à moi même.
    Même si j'aime parler tout seul, des fois, ça manque de surprise parce que vois tu, je connais d'avance les réponses que je me fais...

    RépondreEffacer