vendredi 24 octobre 2014

Les murmures de ma cascade.

Cette cascade
aux multiples talents
chante pour nous.
Le soir,
elle nous accompagne
dans notre sommeil,
elle chante alors,
avec une voix 
douce et langoureuse
lovant entre les mousses
accrochées aux pierres
tapissant le fond du ruisseau.
Parfois,
elle sonne le réveil,
elle est alors,
une vraie rockeuse
sonnant l'heure du levé.
 Elle saute de roches en roches,
avec rage,force et vigueur,
faisant un tintamarre
tel, que nous nous croyons
presque en pleine tempête
au milieux de l'océan..  
Il n'est plus question 
de dormir,
le plus sage alors,
est de commencer 
notre journée
sans oublier 
une petite visite
à la cascade,
pour y faire
 bien sur 
nos ablutions matinales. 








Écoutez la chanter 
juste pour vous, 
elle se fera un réel plaisir
de vous charmer à votre tour.

Il revient à grands pas.

L'hiver
a été difficile,
la neige fut abondante
et le froid
à couper au couteau.
Le printemps
a trimer dur, 
pour faire place à l'été.
Été luxuriant
s'il en est un,
du moins
au jardin.






















Mais, déjà,
L'été nous quitte,
laissant toute la place 
à 
l'automne, 
annonciatrice
du nouvel hiver,
s'amenant 
à pas de géant,
avec son blanc 
linceul
immaculé et froid.


                                                Déjà, je m'ennui de l'été.

mercredi 15 octobre 2014

Réflexions matinales.

Par un beau
dimanche matin,
sur le bord 
du lac Amqui.




                                                 Une journée splendide.

dimanche 12 octobre 2014

Rêveries sur les bords de la rivière.

Je m'amuse,
avec ma muse.
Cette rivière m'inspire 
et m'aspire.
Elle étire mon regard
loin vers le fleuve,
où d'un seul regard,
je m'abreuve.
Ce qui l'entoure,
elle le réfléchit,
et à mon tour,
j'y réfléchis.
Ses réflexions
sont pour moi, 
matière à réflexions
sur le moi,
  sur la vie
et à la côtoyer,
sans m'y noyer,
j'y partage la vie
non sans de tendres émois. 




                                                  Deux églises siéent sur les rives de la Dartmouth,
                                              le sanctuaire Notre Dame des sept douleurs
                                              à Pointe Navarre, qui après avoir accueillit
                                              de nombreuses années, moulte pèlerins,
                                              aujourd'hui reçoit l'ensemble de ses paroissiens.




                                                 Et sa voisine,
                                             l'église de Saint Majorique
                                             lui faisant face,
                                             chacune trônant sur sa rive
                                             respective.












                                                 Elle, pour sa part, surveille toujours
                                            les navires qui sont à quai, ou encore,qui baignent
                                           au lieu de  rencontre de la rivière Dartmouth et
                                           de la rivière York.
                                                Elle a jardiner un brin,
                                            et ma fois, réussi son jardin.







                                               
                                              Alors que les visiteurs sont à bon port,
                                         les cultivateurs de moules bleues travaillent fort.