lundi 19 novembre 2012

Les décorations hivernales prennent place...

Novembre
et
déjà,
l'hiver
qui 
approche
à
grands pas,
commence
à 
faire
sa place.

                                                   Un peu partout,
                                                tout au long du ruisseau,
                                                l'eau s'agrippe aux branches
                                               et y fait des arabesques,toutes plus intrigantes
                                               les unes que les autres,
                                               faisant preuve d'imagination,
                                               pour créer de multiples sculptures.  

                                                    N'y a-t-il pas un poisson qui mord à cette ligne...




                                                     Ici, un poulet est prêt pour passer à la broche...


                                                   La tortue a modifier sa carapace,elle est
                                             dans l'esprit des fêtes, Ho Ho Ho...


                                                   Variation sur un même thème...











                                                   Lui avez vous vu le regard à celui là...



dimanche 18 novembre 2012

Écoute le murmure du ruisseau...

Le 
jour
tire 
à
sa
fin.
L'eau
file
lentement
faisant
naître
une
douce
mélodie. 
Écoute, 
le
chant
mélodieux
d'un
ruisseau
naissant.

vendredi 16 novembre 2012

Une église habitée, en Gaspésie, bien à l'abris du rocher...

Par
un
dimanche
après-midi,
le
vent
nous
coupait
en
deux,
il
faisait
froid,
en
ce
début
mai.
Pour
tuer
le
temps,
nous
avons
fait
une visite
à
nos
amis,
dans
l'église
de
Percé.
                                                     Ils étaient tous là,
                                                 à nous attendre,

                                                 bien alignés, chacun dans sa niche
                                                 ou son piédestal.













                                                         Il y avait beaucoup de personnages
                                                     tout partout,
                                                   mais,les petites maisons, disposées
                                                   aux quatre coins de l'église
                                                              étaient vides, le néant.


                                                             Même celle de M. le curé
                                                       était déserte.
                                                                 Personne sur le belvédère,
                                                               non plus,
                                                               nos amis, s'ennuyaient,
                                                              chacun dans son coin.
                                             

                                                       Nous sommes repartis, sans regarder
                                                derrière nous.
                                               Notre visite à l'église de Percé était terminée.