samedi 2 juillet 2011

Pèlerinage en solitaire...

M'étant arrêté sur la dernière côte avant de quitter Percé,
pour y prendre en photo,
la première image du village
entrevu en arrivant,
j'aperçois sur le bord de la route,
ce pèlerin, marchant d'un pas décidé.
                                               Je le suis donc attentivement,
                                           intrigué par son attitude volontaire et concentré.

                                                  Ne se laissant distraire, d'aucune façon,
                                            il circule tantôt sur la chaussé,
                                            tantôt sur l'accotement.

                                               L'ayant perdu de vue,
                                           je revins donc au but premier de cet arrêt,
                                           et j'immortalisai donc cette vue unique du village
                                          de Percé. D'un même et seul regard,
                                          on y embrasse le village avec son église,
                                          nombre de boutiques et maisons,
                                          couronné du légendaire rocher et de l'ile Bonaventure.

                                                   Revenant à mon auto, on me fait remarquer
                                           que les voitures circulent au ralenti.
                                           Nous reprenons la route,
                                           pour apercevoir un peu plus loin,
                                           cet infatigable pèlerin ressortir des broussailles
                                           qu'il avait momentanément emprunté, 
                                           et reprendre la route.                                          
                                                

                                                 Il semblait bien que rien ni personne     
                                            ne pouvait l'arrêter. 
                                             Cet automobiliste,
                                            a vraiment fait preuve d'une grande patience,

                                                 il fut celui qui escorta le solitaire,
                                           jusque de l'autre bord de ces courbes routières
                                           qui n'en finissent plus.
                                           Passé ces courbes, maitre renard pris la clef des champs
                                           et nous ne le revimes plus...

9 commentaires:

  1. Mon cher White Beard, ce reportage m'a réconforté avec ce long weekend canadien !

    RépondreEffacer
  2. @ Crocomickey,
    Mon pauvre Croco, force m'est de constater que cette trop longue canadian fin de semaine t'a affectée pas mal plus que tu ne peux l'imaginer, j'espère que williammmm ne te pertubera pas autant...
    Ce fut une très belle randonnée avec mon ami le renard, mais un peu loin de la rivière par exemple...

    RépondreEffacer
  3. Wow, j'ai la même photo du village de Percé lors de mon dernier passage en Gaspésie.

    Non, il n'est pas rare dans mon patelin de voir des renards circuler nonchalamment sur l'accotement des routes gravelées. Surtout s'il y a beaucoup de moustiques en soirée, mais rarement vu en plein jour.

    Un vrai Compostelle pour toi !

    RépondreEffacer
  4. @ Le factotum,
    Tu es entré à Percé en arrivant par le côté Nord, je sui persuadé que tu as su apprécier les courbes et le cotes que nous avons min des années à dessiner...Es tu passer le long du fleuve ou as tu biffurqué par Murdochville pour t'y rendre?
    Si tu as suivi le fleuve, tu es passé juste devant ma porte...
    Tu as vu cette route, il y a de quoi, passer sa vie en revue, dans ces détours tous en montés et descentes...

    RépondreEffacer
  5. J'ai roulé le long du fleuve et couché à Percé.
    Mais on parle d'un voyage effectué l'année dernière.
    La prochaine fois, je te fais signe avant de partir.

    RépondreEffacer
  6. @ Le factotum,
    Ce sera un plaisir, pour moi, de te présenter mon pays...

    RépondreEffacer
  7. Tu as l'oeil vif et alerte, Barbe blanche, ce renard avait tout d'un pélerin, infatiguable et déterminé.

    Mais toi aussi, tu ne t'es pas laissé détourner de ton objectif de départ : photographier ce magnifique point de vue sur Percé, la croix blanche, l'église, les maisons, l'île Bonaventure, la mer, la brume qui s'élève, le paysage que tu embrasses d'un seul regard.

    Tu es plus fin et plus rusé qu'un renard, ce n'est pas peu dire.

    RépondreEffacer
  8. @ Zoreilles,
    En entrant à Percé, pour la première fois, cet ensemble m'a sauté aux yeux, je ne sais pas pourquoi, je ne l'avais pas vu avant. Bien sur, il n'était pas question que je m'arrête comme ça au beau milieu de la route, donc j'ai attendu d'être sur le chemin du retour pour faire un arrêt sur le dessus de la côte, en retrait de la route.
    Bien m'en fut, cet arrêt m'a permis de faire la rencontre du pèlerin...
    L'oeil vif dis tu, hé bien, lorsque j'ai avec moi, mon appareil photo, je suis continuellement sur le qui vive, juste au cas où...
    Alors, parfois, je rencontre de bons sujets...

    RépondreEffacer