jeudi 12 mai 2016

Le printemps coule un peu plus chaque jour, vers l'été.

La vie reprend son cour.
Elle danse 
sur l'eau de ruisseau.
Elle réfléchit 
à l’abri du sous bois.
Écoute son chant 
plein de vie,
elle t'invite 
à la célébrer...

































11 commentaires:

  1. Un hymne à la vie quoi! Un cycle qui se termine pour laisser la place au renouveau qui nous fait toujours rêver. J'ai hâte de monter au chalet.

    RépondreEffacer
  2. @ Anonyme G F
    Nous y seront bientôt,à mon dernier voyages à mon coin de paradis, j'ai constaté que le neige se retire à vitesse grand V, si tu regarde bien, les quatre dernières photos de ce billet, tu y verras l'eau de la fonte, y courir à grands pas.

    RépondreEffacer
  3. Un beau petit chalet. Bonne saison à ton coin de paradis.

    RépondreEffacer
  4. @ Le factotum,
    Une semaine encore et il me sera accessible en voiture.
    Le paradis sera alors, ma demeure pour l'été.

    RépondreEffacer
  5. @ Géraldine Fortin,
    As tu vu mon coeur sur la neuvième photo?
    Il est juste pour toi.

    RépondreEffacer
  6. @ Le factotum,
    Que veux tu,
    il y a comme ça des personnes
    qui sont choyées plus que les autres.

    RépondreEffacer
  7. Plus que quelques petits dodos et ton royaume te sera accessible. Ça doit l'être à l'heure qu'il est!

    Tu sais comme j'aime les eaux vives? J'ai été choyée dans cette série. En plus, j'y ai vu des pistes d'orignal, je me sentais comme chez nous.

    Beau début de saison à vous autres!

    RépondreEffacer
  8. @ Zoreilles,
    Comme tu le dis si bien, l'heure est arrivée
    et demain, nous recommençons les finitions intérieures de chalet.

    Parlant d'eaux vives cet après midi, elles étaient encore plus vivantes
    que lors de la prise de ces images il y a presque une semaine de ça.

    La semaine passée, c'est à raquettes que je me suis rendu à destination,
    aujourd'hui, la route est bien sèche, et se roule bien.

    Les orignaux nous rendent visite régulièrement,
    ils savent bien les bougres que chez nous,
    ils sont chez chez eux, à l'abri.

    RépondreEffacer