mardi 29 mars 2016

Entre temporel et intemporel...


Tout comme ces congères
s'allongeant entre les pierres,
le corps des humains,
lorsqu'il a terminé
son voyage,
se rapproche de la terre
et y disparait
dans une parfaite symbiose.
   Pendant ce temps,
l'humain pour sa part,
tel ces flocons de neige
dansant dans le vent,
continu sa route, 
dansant, virevoltant,
tourbillonnant, 
toujours un peu plus haut,
pour rejoindre,
son nuage originel,
d'où, si nécessaire,
il pourra
revenir 
se parfaire, 
sur cette planète ci, ou sur une autre. 
 





4 commentaires:

  1. J'aime le contact de l'humain avec la terre. Parfaite symbiose que comme tu le dis.

    RépondreEffacer
  2. @ Le factotum,
    Je trouve normal, de retourner à la terre,
    le véhicule qu'elle nous a prêtée
    pour la durée de notre voyages sur ses flancs.

    RépondreEffacer
  3. Le jour où tu as publié ces photos avec tes réflexions, c'était ce 29 mars fatidique où l'avion s'est écrasé à Havre-aux-Maisons avec à son bord 5 membres de la famille Lapierre et les 2 pilotes.

    Tu as eu beaucoup d'intuition... C'est tellement triste, tout ça.

    RépondreEffacer
  4. @ Zoreilles,
    Rassures toi, ce billet n'a absolument rien à voir avec le sort de Jean Lapierre,
    TVA nous assommes déjà bien assez avec cette histoire.
    Pour ma part, j'en ai plein ma sacoche, avec ce qui se passe actuellement dans ma famille,
    je laisse celle de Jean Lapierre aux vautours de TVA.

    RépondreEffacer