samedi 28 septembre 2013

L'automne multiplie les signes de son arrivée.

Je suis ici,
à ce que nous avons
toujours appelé,
La Madeleine.
Aujourd'hui, 
elle a été rebaptisée,
Sainte Madeleine de la Rivière Madeleine.
Parti
capturer
les couleurs 
d'automne,
je pris 
plusieurs repères,
dans le partage de la Madeleine.
 C'est au dernier détour, 
que je commençai
à jouer du déclencheur.
Ces couleurs
toutes pastelles,
m'incitèrent
à commencer ma collection.



                                                 J'ai traversé ces champs,
                                              pour y revenir par l'autre côté,
                                                       afin  d'y saisir cette image
                                                   qui s'était présentée à moi,
                                                   lorsque je m'y suis engagé,
                                                  un peu plus tôt.
                                                   J'ai ensuite, remonté les côtes,
                                              pour enregistrer (j'allais dire sur la pellicule)
                                              les images repérées lors de mon premier passage.                                                                                         Je remarquai alors, que la tempête venait vers nous.




                                                     Comme l'orage arrivait rapidement,
                                                je filai vers mes autres repères.

                                                    Cet étang, je ne voulais le manquer
                                             pour rien au monde.
                                             Juste assez de couleurs automnales,
                                            mêlées au vert des conifères,
                                             se mirant dans le bleu aquatique,
                                             je ne me serais pas pardonné
                                             de les manquer.




                                                La dernière image prise ici,
                                             je file, la pluie vient de me rejoindre.
                                               Rendu au repère suivant,
                                            à peine le temps de tirer un ou deux clichés,
                                            que l'orage fait rage,
                                            je suis en nage.
                                            Elle ne m'a pas manquée.

                                                    J'ai eu beau, rouler à tombeau ouvert,
                                                 avec les courbes et les détours,
                                                 c'est l'orage qui a gagnée.
                                                 Et la garce, elle a durée une pleine semaine.
                                               

vendredi 20 septembre 2013

L'automne approche, les signes ne savent mentir...

L'automne approche,
c'est sur,
les gros bateaux
mouillent 
dans 
la baie.
Les navettes,
ne cessent
de faire
la navette
entre
les hôtels flottants
et la rive.
Sur cette rive
où les visiteurs
sont
accueillis
à la 
gare intermodale.
De là,
ils choisissent
 la visite qu'ils préfèrent,
soit,
Gaspé et sa banlieue,
le parc Forillon
ou,
encore,
Percé et ses charmes indéniables.
Pour se rendre à Percé,
ils montent à bord
du train Amiral
qui les conduira
à leur destination, 
tout en leur offrant
un escale de choix,
à Coin du Banc,
là où, 
des infrastructures 
toutes neuves 
les attendent,
afin qu'ils puissent,
profiter jusqu'à plus soif,
des beautés de l'endroit.  















                                                      Elle, qui  en compagnie de Jacques Cartier,
                                              a reçu dignement la visite toute la journée,
                                              les regarde maintenant quitter la baie.

                                                   Notons que l'ami Jacques Cartier,
                                              avant de partir, n'a pas manqué
                                              d'y laissé un signe de son passage.
                                                 Nos visiteurs ont repris la mer,
                                             comme ils voyagent de nuit,
                                            nous avons pris soins d'allumer
                                            une lumière, pour éclairer leur route.
                                            Nous avons placé le lustre très haut,
                                           pour qu'il éclaire loin, bien loin.  



                                                         D'autres viendront,
                                              et le manège se remettra en action,
                                              pour qu'à leur tour, la visite soit digne de l'accueil des Gaspésiens.
                                           

vendredi 13 septembre 2013

Baignade à Penouille,sous un ciel incertain.

Un ciel
habité,

se mirant
dans les eaux 
de la baie,

m'accompagne,
le long 
de ces caps,
filant vers
 le large,

le large,
furtivement aperçu
là bas, 
au delà l'horizon.

Mon regard,
attiré par ces
voyageurs célestes,

pour un moment,
s'y égare
et y navigue 
en toute liberté. 













                                                     Revenant sur mes deux pieds,
                                                  il m'est donné, d'assister,
                                                  à un tout autre spectacle.
                                                  De nombreuses personnes,
                                                  s'adonnent paisiblement,
                                                  au plaisir de la baignade.





                                                      Comme la journée avance,
                                               je file tout doucement,
                                               et laisse ces baigneurs
                                              profiter des derniers rayons d'un soleil
                                              bien décidé à se tailler un chemin,
                                              entre les nuages.