mercredi 20 juin 2012

Par un beau dimanche après midi, dans l'Anse à Collin, à Grande Vallée, en Gaspésie...

J'ai 
passé
mon enfance,
à
courir 
sur
ces crans,
malgré,
les interdictions 
de 
ma mère...  
                                                    La baignade,
                                             était plus douce,
                                            dans ces mares d'eau,
                                            qui se formaient,
                                           quand la marée
                                           était à son plus bas.
                                                     Nous trouvons de tout,
                                              sur le bord de la mer,
                                              du bois,
                                             rejeté par la mer,
                                                       des algues
                                                    de différentes sortes.
                                                    Oupss, il arrive aussi,
                                                     d'y rencontrer,
                                                des vestiges,
                                                                    de l'activité
                                               humaine.
                                              Ils n'y sont
                                                             pas toujours
                                               les bienvenus.


                                                     Ici, un canard
                                             y a laissé une patte,
                                             pauvre lui, il était en bois....

                                                     là, c'est un métronome,
                                                  qui mesure le temps,
                                                  ou simplement, un caillou qui pose
                                             pour le plus grand plaisir des passants...
                                                     Et pour se rafraîchir,
                                               une vague déferlante,
                                               qui se casse les dents, sur un énorme rocher.
                                                 Ou, peut être, une vaguelette égarée...

7 commentaires:

  1. L'Anse à Collin,quel beau nom! Moi si j'étais à cet endroit,je passerais des heures à regarder les roches. Je ne sais torp d'où vient cette passion. J'adore regarder la couleur,les formes.J'en ai ramassé de très belles un peu partout et je marque d'où elles proviennent.des fois j'ouvre cette boîte et pleins de beaux souvenirs me reviennent en tête. Je n'en ai pas encore de la Gaspésie et je rêve d'y aller un jour. merci de me faire voyager à travers la lentille de ta caméra j'apprécie beaucoup. Bonne fin de semaine de la St-Jean Baptiste à tous les Gaspésiens!

    RépondreEffacer
  2. Baebe Blanche/Yvon

    Blogger s'ingénie à mettre des bâtons dans les roues pour ce qui est de publier les commentaires; le paradis n'existe nulle part, mais les humains polluant l'environnement sont une véritable fourmillière. Et c'est désolant.

    Lise, qui a l'été caniculaire de Montréal en horreur. Vivement l'automne!

    :)

    RépondreEffacer
  3. Barbe,

    faute de frappe dans ta barbe, mille excuses...

    :)

    RépondreEffacer
  4. @ Étoile,
    Dans l'anse à Collin, et dans les autres anses, comme j'en ai ramassé, des cailloux de toutes les couleurs, de toutes les formes et de grosseurs différentes, certaines sont des agates, d'autre, simplement de belle roches, des verres, adoucis par la mer et des coquillages multiples.
    Plusieurs d'entre elles, posent fièrement, ici et là, près de ma maison...

    RépondreEffacer
  5. @ Lise,
    Il est vrai, que l'humain a la mauvaise habitude, de laisser ses traineries derrière lui, mais, on dirait, que lentement, il commence,à moins s'amuser à ce jeu dépassé.
    Moi, je l'aimais bien, cette baebe que tu m'as offert...
    Content de te lire,
    Yvon

    RépondreEffacer
  6. J'aime bien ce métronome qui donne la cadence au gré des vagues.
    D'où la chanson: "Allons, partons la mer est belleeeee!!!!

    RépondreEffacer
  7. @ Le Factotum,
    Le métronome, donne le rythme aux vagues,
    "Je vais et je viens, su'l'bord du plain"
    Ça, c'est juste avant de partir en mer...

    RépondreEffacer