mardi 19 mars 2013

Au clair de la lune...

Ce soir,
je suis
dans
la
lune...







C'est jour de mariage en bord de mer.

Les 
participants
ont
pris
place
à
tour
de
rôle.
Les
témoins
plus
sérieux
qu'il
n'en
faut,
accueillent
les
tourtereaux.
Le marié a déjà pris place,
                                                       La dulcinée
                                           s’apprête à lui emboîter le pas. 
                                           Elle semble légèrement hésitante.
                                                   Son témoin observe attentivement
                                             ses moindres gestes,
                                             ne parvenant pas à comprendre
                                            sa soudaine réticence.
                                                Devant ces craintes irraisonnées,
                                             le maître de cérémonie,
                                              lui donne  le signal du départ.
                                                  La voilà lancée vers le bonheur.
                                             Son témoin, ne pouvant retenir ses émotions,
                                             s'est caché le visage,
                                              ne voulant  laisser voir le débordement
                                             de ses états d'âmes.
                                                 L'ensemble des acteurs,
                                            discutent maintenant entre eux,
                                            de la vie qui attend  ce nouveau couple,
                                                qui pour sa part, filent côte à côte,
                                             vers la destinée qui leur sourit.

                                              Lentement, ils quittent la scène
                                            pour enfin, vivre leur amour
                                           dans le secret de leur intimité.

jeudi 14 mars 2013

Décorations éphémères.

                                                      Passe le temps,
                                              passe la vie.
                                             tout est éphémère.
                                             restent les souvenirs,
                                             parfois.


Autre
temps,
même phénomène,
ramenant
en mémoire,
des
images
d'un passé
depuis longtemps
révolu,
et
pourtant...








                                                 Puis, vint le temps doux,
                                           effacer
                                          ces signes d'une existence antérieure,
                                           retirant de notre vue,
                                           ces témoins
                                           d'un passé
                                           nous semblant si loin,
                                           et pourtant
                                           tellement près. 
                                           

mardi 12 mars 2013

Lendemain d'une vraie tempête hivernale.

Il a neigé
deux jours durant.
Les arbres,
chacun
à sa façon,
se sont 
revêtus
de 
cette froide couverture immaculée.
 Ici,
à
Corte réal,
on dirait
des 
flocons
de coton
qui n'attendent 
que les cueilleurs. 


                                                   Là bas, dans le coin de Percé,
                                             des masses de ouates
                                             se reposent sur les toitures
                                             et les branches frileuses des conifères.







                                                Les décors enchanteurs sont de retour,
                                             même que certains, se sont surpris à chanter
                                            "Mon beau sapin"
                                             ce n'est pas peu dire.






                                                  Même le rocher a trouver le moyen
                                              de revêtir sa tenue de gala.



jeudi 7 mars 2013

De Cloridorme à Grande Vallée en passant par le Brûlé.

Je file sur la 132,
quand, tout là bas,
au large,
j'aperçois t'y pas,
un bateau.
Le voyez vous,
là bas,
loin
dans le large?
                                                     Attendez un peu,
                                             je vais le rapprocher,
                                            là, le voyez vous?
                                                 Comment, pas encore,
                                            pourtant, il est bien là.
                                            OK, je vais le rapprocher encore un peu.
                                            Vous le voyez là,
                                            bien oui, il vole entre ciel et mer.
                                                    Il file vers l'est, il file à bonne allure,

                                                       moi, je reprends ma route vers l'ouest,
                                              pour finalement, arriver à Grande Vallée,
                                             bien oui, pour faire changement.
                                             Je vise vers l'ouest, des glaces naviguent
                                             jusqu'à l'horizon,                                                                      
                                               Je vise vers l'est, et bien sur, j'entrevois,
                                             l'anse de mon enfance, l'anse à Colin.
                                             Des glaces jusqu'à l'horizon, il me semble.                                          
                                                   Je file jusqu'à l'anse tant aimée,
                                             et je vise vers l'ouest,
                                             miracle,
                                             les mêmes glaces que sur la photo précédente
                                             mais, sous un autre profil.
                                                   Je prend une image en rapprochée,
                                               vous présentant le côté pile de ce cap glacé,
                                                pour, aussitôt, aller prendre une image
                                            de son côté face.
                                                À bout de souffle, je file au Norouet,
                                             capturer, le calme régnant autour du grand quai.
                                                  La bas sur la côte,
                                           l'église me faisant de grands signes,
                                           je lui saisit le portrait,
                                           deux fois plutôt qu'une.

                                               avant de quitter le norouet,
                                           je me gâte une autre fois,
                                           le calme de cette journée
                                           me redonnait l'énergie pour continuer à vivre l'hiver.
                                              Tout comme au large du Brûlé,
                                           au large de l'anse à Colin,
                                           un navire filait vers l'est.
                                          Celui ci, était plus terre à terre,
                                          il voguait sur l'eau au lieu de s'envoyer en l'air.




                                                Je ne pouvais quitter ce village
                                            sans rendre hommage à la rivière
                                           où jadis,
                                           je taquinais la petite truite.
                                           Force me fut de constater,
                                           que la neige y avait fait son nid.


                                                  Elle recouvrait tout de son blanc linceul.
                                                    Je continuais donc mon périple,
                                              je fis une dernière halte,
                                              à Cloridorme.                                              
                                                  Voici une image, qui permettra aux gens du coin,
                                              de confirmer mon dire.
                                                  L'hiver y  tiens  sous son emprise,
                                              le bord de mer,
                                             le maintenant, sous un léger manteau glacé.