dimanche 27 janvier 2013

Tempête et accalmie.

Très loin, là bas,
au large,
la tempête
fait rage.

                                                    Les nuages jettent sans retenue, leur neige,
                                            sur les eaux que le vent d'hiver
                                            soulève et fait danser.
                                                        Les vagues se bousculent
                                                les unes à la suite des autres,
                                                se cherchant un chemin
                                                jusqu'à la rive encore si lointaine.


                                              Elles se tiraillent,l'une l'autre,
                                           tentent de prendre la première place,
                                           nous avons l'impression,
                                          qu'elles participent à une course olympique.

                                                À mi chemin, le manteau givré,
                                            faisant consciencieusement son travail ,
                                            calme leurs élans et ralenti sensiblement
                                            l'ardeur de ces coursiers fougueux.

Au pied du phare de Cap des Rosiers,
la cape glacée,
de l'hiver
enfin arrivée,
ondule voluptueusement,
au rythme
de ces vagues,
matées
et 
domestiquées.







                                                     
                                                  Les mouvements, sont maintenant,
                                           tout en douceur.
                                           Même les quelques vagues
                                          qui réussissent à venir casser sur les rocher,
                                          donnent l'impression,
                                          de demander la permission,
                                          avant de s'ébattre presque amoureusement
                                          sur la roche choisie.








Il fait froid,
les glaçons
dansent,
au pied
du phare
de Cap des Rosiers.
Au large,
la tempête
fait rage,
et 
sur
la plage,
les vagues
sont
domestiquées
par 
la froidure
de l'hiver
qui nous
enveloppe
de son 
froid piquant.
                                                       À la fin, je ne sentais plus mes doigts,
                                              et je n'étais pas certain,
                                              que ma caméra répondait encore  à mes commandes.

mardi 22 janvier 2013

Escale à Pointe Saint-Pierre.

J'y passais toujours
trop vite,
trop pressé par je ne sais quoi.
À
chaque fois,
je me disais:
"il faudrait bien qu'un jour, je prenne le temps de m'y arrêter".
Hé bien,
c'est fait.
Vous allez 
voir que
je 
m'y suis 
payer la traite.
J'y ai fait
de belles 
découvertes,
et je me
promets
d'y revenir
à la saison chaude.
Pointe Saint-Pierre, 
était grouillant
de vie,
la saison
de pêche
venue.
Il y a 
tellement longtemps,
que presque
plus rien
de ces
temps lointains
n'a résisté
au passage
du temps.



                                                  Il y a bien  ici, vestige de ces temps si lointains,
                                              une "cook room" notez ici, l'influence
                                             de ces marchands venues des( îles anglaises),
                                             ces petites maisons qu'habitaient les pêcheurs
                                             pendant la saison chaude.






                                                      De pointe Saint Pierre, il nous est facile,
                                             d'observer la Pointe de Forillon, qui se profile
                                            hardiment, comme une péninsule
                                           bravant les forces de la mer.



                                                 Ce rocher, à quelque enjambées de la rive,
                                            annonce à sa manière,
                                            la présence de son grand frère,
                                            qui trône à quelques kilomètres de là,
                                            au village voisin, Percé.




vendredi 18 janvier 2013

Sur le bord du Saint Laurent...

Nous somme le 18 janvier,
et il n'y a toujours pas de glace
sur la mer,
encore cette année.
Ah, 
le sept dernier,

                                                      il y en avait bien
                                                   un léger filet
                                                  à la hauteur de Cap des Rosiers,


                                                 mais, il a pris le large
                                           en moins de temps
                                                  qu'il n'en faut
                                            pour le dire.
                                                   Sur les rivières,
                                             ici, celle de l'Anse AuxGriffons,
                                             c'est toujours
                                             à l'eau claire.



                                                    Les hivers ne ressemblent en rien,
                                             à celles des temps passés.
                                            Il y a pourtant, des ignares
                                           qui osent dire qu'il n'y a pas d'altérations climatiques.
                                          Pauvres créationnistes.