dimanche 19 mai 2013

Encore et encore...

Bon,
je vous  entend,
"Le barbu est rendu qu'il
radote".
C'est  possible,
à
chacune de mes visites,
à l'anse de mon enfance,
c'est 
un retour en enfance
que je vis.
C'est
à 
chaque fois,
nouveau,
tout
en étant ancien.
Je suis incapable
de faire semblant
d'être indifférent
à
ce qui passe  et repasse
devant mes yeux.
Tout est  toujours
nouveaux,
alors,
je fixe
ces moments
sur pellicule.
Bon 
très bien,
nous 
n'utilisons
plus de film argentique,
mais, 
je vous ai
averti 
au tout début
de ce billet,
je fais
à 
l'occasion,
de sérieux
retour
sur 
mon passé. 

                                                    Je me revois encore,
                                              jouant dans l'eau limpide
                                              de ce charmant ruisseau.


                                                     J'y a passé tellement d'heures,
                                              à  rêvasser, en écoutant
                                              le doux murmure de son eau
                                              courant sur les roches.  

Une vraie diva.

Elle 
 posa
volontiers,
me
présentant
ses
plus
beaux 
atours.
Le vent
et
la pluie
ne
semblaient
la
déranger. 








                                                 Puis à la fin du spectacle,
                                             elle sorti de scène, tout doucement,
                                             sans faire de bruit , sans panique ni affolement.
                                            Son spectacle était terminé,
                                            le rideau est tombée.
                                         
                                            Le vent pris de la vigueur,
                                          la pluie amplifia ses ardeurs.
                                          Il était temps de me mettre à l'abris.

samedi 18 mai 2013

18 mai 2013, elle est revenue.

Ce 18 mai 2013,
c'est 
la panique
en Gaspésie,
la neige
décider
de revenir 
nous hanter.
La cime
des montagnes
sont 
toutes
blanches.
Vraiment 
de toute beauté.
Quelques images
prisent
de devant
chez moi,
puis,
je file
vers 
mon coin de paradis,
histoire
d'être
plus près
de toutes cette
blancheur.












                                              Quel beau spectacle, je ne me lassais pas,
                                          de le regarder, et je mitraillais sans arrêt,
                                           un véritable enfant, voyant sa première bordée de neige.
                                          Un vraie fou, une chance que personne ne me voyait.

dimanche 12 mai 2013

Au matin, il terminait son oeuvre. flânage et tendres caresses.

Après 
avoir 
embrouillé la vue
des pilotes d'avions.
                                                Après avoir flâné sur les bords
                                             de la baie de Gaspé.



                                                Après,avoir tel un groupe d'anges bienveillants,
                                             couvert de ses ailes duveteuses,
                                             telle une caresse  amoureuse
                                             les sommets des montagnes.
                                                 







                                                 Ce brouillard, a finalement,
                                             filé vers le grand large.



                                                    Il est parti, naviguer sur les mers,
                                               laissant derrière lui,
                                                      les eaux du Saint Laurent,
                                               libres de vaquer à leur occupation préférée,
                                                 caresser  la côte lumineuse,
                                               sous la lumière éclatante du jour qui file
                                               à grande allure.
                                                  J'ai pris le temps, d'écouter le chant de la vague
                                                 venant mourir sur les crans.
                                               

mardi 7 mai 2013

Le brouillard prend toute la place.

Le
brouillard 
arrive
du large.
                                                  Il glisse lentement
                                                sur les flancs de la montagne,
                                                 
                                                puis, il se décide,
                                            s'engouffre dans la baie,
                                                     et commence, à effacer les montagnes.

                                                       Sur son passage,
                                                  ce brouillard, s'assure
                                                  de rapidement
                                                effacer la flèche de sable de Sandy Beach,
                                             aussi appelée,
                                            "Boum défense"
                                                 En un rien de temps, elle était disparue.
                                                   C'est maintenant, le tour des montagnes,
                                                de la rivière Dartmouth.
                                                Tout s'efface, comme si le temps était venu,



                                             

                                                de redessiner le paysage tout entier.




                                                     Ce brouillard a tout enveloppé
                                              de son blanc linceul.
                                             Il a tellement bien réussi son ouvrage,
                                             que ce soir là, l'avion n'a put atterrir
                                             à Gaspé.