mercredi 31 octobre 2012

C'en est fini, des couleurs d'automnes?

En 
ce
dimanche,
vingt huit octobre ,
je 
roulais
le 
long 
de 
la
rivière York,
sans 
but
précis,
quand
tout 
à
coup,
l'image 
me 
sauta
aux yeux.
Les lumineuses couleurs d'automne
sont 
disparues..
                                                    Laissant toute la place
                                              à l'hiver qui vient.


                                               
                                                          Toutes les couleurs parties?
                                                 Non, pas toutes,
                                                la bas, il y a un village d'irréductibles,
                                               ce que nous osons appeler,
                                               le centre ville de Gaspé,
                                              un îlot de couleurs résiste.
                                              constater par vous même.


















                                                   Il faisait tellement beau, et les paysages
                                             étaient si éclatants.
                                            même la kayakistes n'ont pus résister.

lundi 29 octobre 2012

Avant de quitter la Côte Nord...

Un petit retour en arrière, 
je reviens 
au barrage 
sur la Sainte Marguerite.
Beau temps
pour un lavage... 

Toute bonne chose a une fin...

À peine
avons nous
quitter Franquelin,
qu'une 
rivière,
une dernière,
nous
fait signe.
Comme nous en avons pris l'habitude,
je m'arrête et commence à tirer.
Une photo vers le large,
                                                    quelques autres vers l'intérieur,
                                                Les courbes bien sûr m'attirent,                                               
                                                tout comme les roches,
                                             dans différentes positions et de toutes les formes.



                                                         Revenant à la voiture,
                                             pour continuer notre chemin,
                                             un ami, traversait la route,
                                             allant clopin clopan,
                                             d'un pas nonchalant.
                                             Il poursuivait son chemin.
                                                 Il finit, par atteindre, la sécurité,
                                             s'éloignant de la voie carrossable,
                                             pour rejoindre le sous bois sauvage
                                             où il était un peu plus dans son habitat.
                                                       Finalement, nous arrivons à Baie Comeau.
                                               Nous y avons pris un bon dîner,
                                               et avons visiter rapidement.
                                              Le temps nous était compter.
                                             Ces murales insistaient pour être photographiées,
                                            avouez, elles en valaient la peine.
                                                Bien sûr, toujours, présenter
                                            la signature des auteurs.
                                                Revenant vers le quai d'embarquement,
                                             un édifice attira mon attention.
                                                   Ces murs racontent une partie
                                                de l'histoire de la ville.
                                                   Bien sûr, elle était signée comme il se doit.
                                                    Tien, ici, je commençais à me sentir
                                                un peu chez moi.
                                               De bons amis s'y baignaient,
                                               tout comme par chez nous...


                                                    Cette année, Baie-Comeau,
                                                fête en grand,
                                                son soixante quinzième anniversaire.
                                                Nous nous sommes invité, à prendre
                                             la locomotive No 125, espérant qu'elle
                                            n'aille trop vite.
                                               Ne voulant prendre aucune chance,
                                           Ma Dame, s'offrit, pour en ralentir un peu la vitesse.
                                                  Bon, finit les amusements,
                                                notre bateau arrive,
                                               allons prendre place
                                              dans la file d'attente,
                                              il ne faudrait tout de même pas,
                                              manquer le bateau...
                                                    À mi chemin, la pluie s'est mise de la partie,
                                            le vent s'est levé.Il était plutôt frais.
                                           Mais, nous retournions à la maison...
                                           heureux d'avoir fait un si beau voyage
                                          sur la Côte Nord du Québec.

samedi 27 octobre 2012

Escale à Franquelin.

Notre dernière journée complète
sur la Côte Nord
achève,
il nous faut
trouver
un refuge
pour
passer
la nuit.
Bien des kilomètres
et des arrêts
depuis
que
nous
avons 
quitté Havre Saint-Pierre,
il est maintenant 
temps,
de s'arrêter
avant 
que ne tombe
la nuit.
Après 
quelques 
valses hésitations,
notre choix 
s'arrête sur...

                                                       Vous avez compris, c'est ici,
                                              que dans la charmante salle à manger
                                              de cette chaleureuse auberge,
                                              que nous avons pris notre repas du soir,
                                              avant d'aller nous reposer,
                                             dans un de ces motels rustiques à souhait.  
                                               Tout près, une réplique
                                           des camps de bûcherons d'autrefois,
                                           du temps où Franquelin était assiégé
                                           pas ces gaillards venue de partout au Québec. 
                                               Avant que ne tombe la nuit,
                                            cette tourterelle,
                                                   ainsi que ce Tamia rayer sont venue
                                           nous souhaiter bon séjour.
                                               Au matin, alors que nous terminions
                                           nos préparatifs et que nous nous apprêtions
                                          à reprendre la route, direction Baie Comeau,
                                          toute une volée d'oiseaux,
                                          sont venue nous souhaiter bonne route,
                                          à leur manière.




                                                   Même celui ci, qui avait revêtu
                                                 ses habits de cérémonie nous salut du bout de l'aile .
                                                 Ne voulant pas être en reste,ce gaillard
                                         aux couleurs éclatantes,vint faire son  tour.
                                               Il exécuta sa chorégraphie,
                                              se sustenta sans gène,
                                                   poussa quelques notes
                                               avant de filer vers l'inconnu...
                                               Après s'être bien rassasier, ils allèrent
                                            les uns après les autres, se réfugier
                                           sur ce perchoir décorer à leur intention
                                          et mis à leur disposition, par dame nature...