vendredi 27 juillet 2012

Déjeuner sur l'herbe.

Sur 
ce
vidéo,
vous 
n'entendrez
pas
de
chants d'oiseaux,
ni de 
vent
qui
siffle.
Ces
coquins
s'empiffraient,
là,
devant
ma
fenêtre,
tout
simplement.
J'ai
enregistré
leur
banquet,
bien
camouflé
derrière
les
rideaux
 de
mon
salon.
                                                                                Ils
ne
se
sont
rendu
compte
de rien,
sinon,
ils
auraient
pris
la
poudre
d'escampette.

jeudi 26 juillet 2012

Jouons sur la plage.

La 
brise 
est
douce,
le
soleil
est
éclatant,
la
vague
est
tranquille,
elle
caresse
le
sable
de
la
plage,
et
sans
se
lasser,
ce
petit oiseau,
joue
sur
le
sable
humide.

dimanche 22 juillet 2012

Bébés hirondelles au nid...

Maman,
j'ai 
faim...

La rivière ne monte plus sur la route...

Il fait parti du passé, 
le temps
la rivière
prenait 
la 
route d'assaut
à 
chaque
printemps.
                                                        Fini le temps où nous roulions
                                                   sur un fond de rivière.

vendredi 20 juillet 2012

dimanche 15 juillet 2012

mercredi 11 juillet 2012

La rivière Dartmouth ou la jeunesse, en mouvance...

La 
rivière,
passe
des jours 
calmes 
et 
paisibles. 
Elle 
se dore 
au 
soleil
et 
reflète
la 
beauté 
qui 
l'entoure.
                                                   Ses jours se passent,
                                                  tranquillement,
                                         les uns à la suite des autres.                                       
                                                            Tous ses jours sont agréables?
                                              Non, il lui arrive, et ce de plus en plus souvent,
                                             de voir son eau, si limpide à son ordinaire,
                                             devenir d'un brun chocolat,
                                           résultat, des mauvais traitements
                                            qui lui sont fait, un peu plus haut,
                                            tout au long de sa course
                                            sur les  flancs de la
                                            montagne qui l'a vue naître.
                                                       Elle,profite des moments
                                                 plus calmes, pour réfléchir à sa condition,
                                              qui n'est pas toujours rose.
                                               



                                                 Elle cherche les causes,
                                             de ses dramatiques, baisses de niveau.                                             

                                                        Elle, cherche,  le meilleur moyen
                                                  de se faire entendre.
                                             Elle sort alors de son lit,
                                          prend la rue,
                                                       monte dangereusement à l'assaut
                                                des ponts,
                                                   

                                                acceptant, tout l'aide
                                             et l'appuie qui lui est proposé sur son passage,
                                                           
        
                                                     Elle continue sa lutte,
                                                inlassablement, et avec acharnement,
                                                sans violence,
                                                seulement, déterminée,
                                               à atteindre, son but,
                                              se faire respecter,
                                               par ceux qui utilisent
                                               son énergie, ses ressources.
                                                 Sa lutte, est nécessaire,
                                            mais, ceux , qui la regardent aller,
                                           tergiversent, sur le bien fondé
                                           de sa démarche,
                                           sur les moyens qu'elle utilise.
                                           Nombre, de ses détracteurs,
                                           oublient de s'informer, 
                                           d'autre, ne pouvant, pour diverses raison,
                                          prendre clairement position,
                                         disent vouloir entendre la position de la rive droite,
                                          refusant d'entendre, les arguments de la rive gauche.    
                                             Et pendant tout ce temps,
                                           la rivière continue de se manifester,
                                                elle court, elle saute, elle se met même à nue,                                               
                                                   espérant être,enfin respecter,
                                               espérant des jours plus en harmonie
                                            avec ses besoins,
                                                  des jours, où, l'humain, saura enfin,
                                                        prendre, respectueusement,
                                                ce qu'il a besoin, pour son épanouissement,





                                                  sans, inutilement tout détruire autour de lui,
                                             comme si il voulait priver la jeunesse de son
                                             avenir.
                                               Un jour, j'en suis certain,
                                            l'eau de la rivière redeviendra d'un bleu
                                            si bleu, que même la voûte céleste,
                                            viendra s'y refléter...
                                                    J'ose espérer être encore de ce monde,
                                                le jour où arrivera ce moment magique.