mercredi 30 novembre 2011

Deux époques, même endroit.

Deux époques à St Yvon, 
le même endroit,
photographier,
à quelques années 
d’intervalle.


                                                  Un coin de pêcheurs,
                                              sans quai, ce dernier est disparu
                                             il y a tellement longtemps,
                                            que j'en avais jusqu'à oublier son existence.


                                                 Une partie du village, au loin,
                                             veille sur la sécurité des bateaux,
                                            du moins, ceux qui restent...


mardi 29 novembre 2011

Au temps du trente cinq milimètre...

quelques photos d'archives.
Il y a plusieurs années,
alors que la mer
jouait avec ses amis...
                                                   "Personne ne pourra affirmer
                                               que je n'ai pas de suites dans les idées..."
                                                   La vague frappait sans retenue,
                                               elle s'élançait vigoureusement,
                                               et vlan, contre son ami,
                                               qui en frémissait de bonheur.    
                                            Dommage que je n'avais pas à cette époque,
                                           une caméra numérique,
                                          imaginez, seulement, la série de photos,
                                          c'eût été, un véritable orgie photographique...

Hier comme aujourd'hui,
les vagues m'ont toujours fascinées
je pouvais passer des heures
à m'enivrer
de leurs vas et viens
incessant.
À chaque fois
que je m'approche d'elles,
c'est comme si
je revivais
un peu de mon enfance,
si loin et en même temps,
si proche...

lundi 28 novembre 2011

La mer joue avec ses amis...

Ce jour là,
la mer avait
invité ses amis
pour qu'ils viennent
jouer avec elle.
                                                   Elle avait convoqué le vent,
                                          pour qu'il vienne agiter ses eaux,
                                          et lui aider à faire la vague.
                                                Elle pouvait, ainsi,taquiner ses copains captifs,
                                                     leur offrant,
                                                   douche par dessus douche,
                                                   dans un déferlement de plaisir,
                                                   à chaque instant renouvelé.

                                                       Même ce géant,
                                                 dormant sur le dos de son chien,
                                                 ne pouvait y échapper.
                                                Il se faisait laver de belle manière.
                                                   Même  son voisin plus pragmatique,
                                             recevait sa ration d'eau déferlante...
                                                      Vague après vague,
                                                 il se faisait laver.
                                                 Il faut dire que c'était un samedi
                                                et que l'heure du bain avait sonnée...
                                                    Après avoir frappé de plein fouet,
                                               comme pour se faire pardonner
                                               son apparente violence,
                                               l'eau caressait tendrement
                                               sa victime consentante...
                                                  Mais, cette tendresse apparente,
                                              n'était que momentanée
                                            et elle recommençait de plus belle,
                                               ses joyeux arrosages vivifiants...
                                                      Après une victime,
                                                  c'était l'autre,
                                                  et ainsi de suite, à tour de rôle,


                                                   tout au long de ce bel après midi,
                                            légèrement venteux...



dimanche 27 novembre 2011

Doux murmure de la vague caressant le sable...

Par un bel après midi au bord de l'eau...

Phoque ou loup marin?

Il suffit de marcher le long de la grève,
pour que ces curieux, timides,
viennent t'observer.


                                                   Ils aiment observer les gens,
                                           mais, dès qu'ils se sentent regardés ,
                                           ils déguerpissent.



                                               pour réapparaître un peu plus loin...
Leur manège est amusant, parfois...

Une douche naturelle..

Elle descent du cap,
avec détermination,
                                                                         elle a navigué
longtemps,
toujours à l'ombre,
elle sort
au grand jour,
elle est cristalline
et bien
froide.
                                                           Elle fait une légère pose,
                                                    dans ce bassin où il est possible
                                                    de se baigner.
                                               L'eau y est vivifiante à souhait.Elle réveille magistralement.
                                                        Elle a traversée nombres de sous bois,
                                                  elle a gardée jalousement,
                                                  toute sa fraîcheur ,
                                                 puis elle s'est mise à dévaler
                                                 cet escarpement rocheux,
                                               rencontrée quelques amis en route,
                                              se frayant un chemin entre les cailloux,
                                                 pour finalement rejoindre sa grande amie,
                                              la mer...
                                                     Pour venir la rencontrer,
                                               il nous faut tout autant de détermination,
                                                      marcher, longtemps, parfois sur le sable,
                                               parfois sur les roches, même grimper au cap,
                                              là où c'est possible,
                                                 et parfois, si nous n'avons pas vérifier la marée,
                                               c'est les pieds dans l'eau, que se poursuit
                                              à l'occasion notre retour...
C'est bien beau, en photo et en paroles,
Regardez la maintenant,
compléter sa route jusqu'à sa destinée...
Soyez assurés, qu'après s'être plongé ici,
l'eau du Golfe St-Laurent semble chaude.
Vous pouvez me croire...

jeudi 24 novembre 2011

Quand les bateaux s'en vont...

Un beau matin de printemps,
il était là,
nous tournant le dos,
comme si il était
timide.
                                                   Puis, le temps aidant,
                                            il nous a finalement montré
                                            son flan,
                                           il était géant,
                                                    puis peu à peu,
                                                il nous fit face, comme si il voulait piquer une jasette.
                                             puis, mine de rien,
                                         sans raisons apparentes,
                                                    il se mit à tourner sur lui même,
                                              simplement, comme si c'était sa façon de saluer,
                                                   nous croyons, qu'il voulait nous présenter
                                                son plus beau profil.


                                                   Mais, il tourna tant et autant,
                                             qu'il finit par nous tourner complètement le dos,
                                                      il cueillit ses derniers passagers,
                                               (à ce moment précis,
                                           il me ramena un souvenir en mémoire,
                                          il me fit penser, au grand vaisseau
                                          que nous prenions pour aller aux framboises,
                                           comme ce bateau,
                                          nous le laissions au milieu du champ
                                          et allions cueillir les fruits dans des petits videux
                                          que nous venions déverser dans
                                           le vaisseau amiral...)
                                                    qui à mon avis,étaient tous du même bord,
                                                juste à voir le débalancement du bateau.
et prit le large,
 comme si il lui fallait
à tout prix continuer
sa route.

             Bonne croisière,
moi, je reste sur la berge...


Paroles de Gilles Vigneau