dimanche 30 octobre 2011

C'est à en perdre son latin...

En cette période
de l'année,
un phénomène
bizarre,
presque surnaturel
survient.
                                                     C'est comme si,
                                                le monde que nous croyons bien connaître,
                                                et qui habituellement
                                               est bien stables,
                                               commençait à s'animer,
                                                il devient mouvant,
                                                tout bouge sans cesse, 
                                             comme si deux mondes
                                             tentaient d'occuper
                                            un même espace temps,
                                            au même endroit,
                                                du même côté du miroir.    
                                               comme si ces deux espaces
                                             se courtisaient.
                                             Pour ces deux mondes ,
                                             ce serait, la saison
                                             des amours?
                                             Il est difficile de distinguer,
                                           lequel des deux monde
                                           est celui que nous croyons habiter
                                           et lequel est son jumeau.
                                          Peut être, habitons nous
                                          ces deux mondes simultanément...
                                           Ils se tiennent tellement près l'un de l'autre,
                                          comme si ils voulaient nous lancer un message.
                                            Peut être, que une fois par année,
                                           nous changeons de monde
                                           sans nous en rendre compte,
                                           sans en être conscients.
                                                
                                                  Mystère et boule de gomme...

jeudi 20 octobre 2011

Un village entier disparait sous mes yeux ...

Il était quinze heures,
ce jour là,
et ce village côtier
allait vivre
une aventure
hors de l'ordinaire.
                                                Un regard au large,
                                               laissait facilement entrevoir
                                               le drame qui se préparait.
                                                  C'était comme si
                                             le village entier allait être effacé.
                                                     Les gros nuages de plus en plus
                                              nombreux,
                                              s'installaient confortablement,
                                                       comme si ils voulaient
                                              prendre, toute la place.
                                                      Ils se faisaient de plus en plus présents,
                                              la clarté baissait trop rapidement,
                                              pour que ce soit un phénomène naturel.
                                                   Le danger semblait venir
                                               du côté de la montagne,
                                                      mais la menace la plus sérieuse,

                                                        venait de la                                                
                                                    mer.
                                                    Les envahisseurs arrivaient
                                               par vagues successives

                                                      et bouchaient l'horizon.

                                                      revenons du côté de la montagne ,
                                              où  l'invasion s'intensifiait,
                                                 le village, était pour bien dire,  
                                               pris de tous bords, de tous les côtés.
                                                     Il disparaissait littéralement sous mes yeux.
                                            
Voici l'envahisseur à l'oeuvre.

mardi 18 octobre 2011

Le monde à l'envers...

C'est le monde à l'envers,
pendant, que au nord du nord,
en Abitibi,
le soleil brille de tous ses feux,
que la température estivale domine,
ici, au sud, 
les montagnes blanchissent.
Ce n'est sûrement pas le froid,
voyons, ce n'est pas possible.
Ce doit être l'âge,
qui fait blanchir ainsi,
le sommet des montagnes... 



                                                   Ces canards, ont compris, eux,
                                              ils quittent, pour des cieux plus cléments,
                                             à moins, qu'ils se cherchent une poêle bien chaude...
                                               C'était, le 06 10 2011, et avec sa venue,
                                           l'été des indiens,
                                          a pour un temps, corrigé la situation.
                      

dimanche 16 octobre 2011

Le mariage en photos...

Les invités
étaient en feu,
les
mariés
étaient
fougueux...









                                                    Bon, l'émotion qui m'embrouille
                                               la vue maintenant...
                                                  Il faut me ressaisir sur le champ,
                                                la noce continue...
                                                 Je leur ai promis un bel albun,
                                             il ne faut pas les décevoir...




















                                                   Ce fut une bien belle soirée,
                                              les mariés étaient épuisés,
                                              et le invités étaient charmés.