samedi 30 octobre 2010

On attend plus les Mardis Gras...

Certain jours, il arrive, que la vie nous laisse entrevoir des choses vraiment bizarres.
À l'approche du trente et un octobre, il est possible d'apercevoir le fantôme d'une construction étrange sur un pont. On a beau regarder, de loin ou de plus près, elle reste énigmatique.
À cette occasion , un fruit, montre son vrai visage. Il n'est pas toujours rassurant à rencontrer.
De gigantesques insectes sortent de leur caches secrètes pour nous rendre visite, sommes-nous rassurés de leurs présences?




De charmantes araignées viennent arpenter nos cheminées,



elles y font une inspection complète, rien ne leur échappe...




Qui ne connaît pas l'expression " avoir une araignée dans le plafond"?
En voici une nouvelle: avoir une araignée en plein front.



Elles s'y mettent parfois à plusieurs pour s'occuper plus efficacement d'une bonne vieille cheminée!





Traversons maintenant au jardin...
Elles y préparent consciencieusement leurs pièges à fantômes...






Elles se servent de tous les outils qui sont à leur portée pour y installer leur piège meurtrier.




De dos ou de face, elles sont tout aussi effrayantes.











Certaines se cachent sous les infrastructures pour attendre leur victimes,











d'autres, se balancent en plein soleil.














Serait- ce une araignée qui s'est échappée de manière cavalière?













Pas sûr, c'est plutôt un champignon qui s'est déguisé pour la mascarade du trente et un octobre...

Hou Houuuuu.
HA HA HA HA hi hi hi hi .........

vendredi 15 octobre 2010

Randonnée Gaspésienne...

Dans mon dernier billet, je vous ai présenté le phare de La Marthe, nous y reprendrons donc la route ici, pour rouler en toute tranquillité sur nos beaux sentiers Gaspésiens. Les routes de mon pays, se faufilent entre mer et montagne...





À l'occasion, elle se permet même de couper cette dernière et d'y passer directement au travers, c'est plus court...













Ce qui nous permet un sérieux raccourcie, nous atterrirons donc sur la pointe de Forillon, lieu d'où, il y a quelques quarante ans, Parc Canada, s'est permis d'expulser la population. (c'est un autre sujet sur lequel nous reviendrons peut être un jour.)
Nous pouvons remarquer, que sur ce cap qui s'avance dans la mer, même la route fait des vagues, comme si elle contestait à sa manière, la façon cavalière de parc Canada envers les occupants de ce territoire remarquable...
Partout, il faut être attentif à la route, il y est facile de se laisser distraire par la beauté du paysage...
Ici, ce ne sont pas les jolies filles, qui attirent le regard des conducteurs, mais les paysages à couper le souffle, et parc Canada n'y est pour absolument rien, tout était là avant son arrivée.
Les couleurs de saison,




les caps abruptes,




les courbes imprévues,
les côtes vertigineuses,
il est même possible, à l'occasion, si ont sait être attentif, d'y croiser, un chevreuil, un orignal, un ours ou souvent, un porc épic.

Monte la côte, descend de l'autre côté, admire les beautés automnales, et oups... elle était raide cette courbe, il m'en a fallut de peu et je l'aurais observer d'un peu trop près...
Finalement, je rentre à la maison en un seul morceau, et totalement rassasier que dis je, repus de tant de beautés.

















Je me promet bien de reprendre la route dès que l'occasion se présentera, vous m'y accompagnerez?

samedi 2 octobre 2010

Les routes Gaspésiennes, première partie...

Attachez votre ceinture, c'est le grand départ pour une promenade sur les routes gaspésiennes...
Nous débutons notre voyage en prenant la route du bord de mer, communément appelé les plains



La route y est sinueuse à souhait, et même un peu plus...
À chaque détour du chemin, c'est l'immensité bleu qui nous émerveille, ses miroitements lumineux nous enchantent, ses scintillements nous font cligner des yeux, tellement ils sont éblouissants.

À l'occasion, nous avons droit à une pause, un court repos pour notre coeur qui était sur le point de nous exiger un arrêt bienfaiteur. La route se fait un peu plus plane, un soupçon plus rectiligne,même si un buton se pointe à l'horizon ...


Mais ce répit est de courte duré, sitôt la butte passé, la route des plains reprend avec il me semble un plaisir indéfinissable ses demis tours à gauches, demis tours à droite et vive la valse routière...

Finalement, nous apercevons un phare qui comme pour les marins, éclaire notre route.
Remarquons ici, les deux modèles de phares, le premier tout rouge guide les navigateurs marins,
celui en vert guide les utilisateurs de la route.

Nous avons passé La Marte et son phare, maintenant en route pour le Grand Étang.
Nous avons traversé nombres de villages et portages, et finalement, nous arrivons dans ce qu'un de mes neveux appelle gentiment,"le chemin mou"
hé oui, ce chemin est, sur une courte distance , tellement tortueux, qu'il vaut à lui seul, de faire le long voyage qui mène à Gaspé en empruntant le côté nord de la Gaspésie.

Les trois photos qui suivent vous le font découvrir de tous ses bords et tout ses côtés...


Bonne route...





Et au plaisir de vous y rencontrer.


C'est tellement agréable de s'y promener, par un beau dimanche après midi...


Les amateurs de moto capotent lorsqu'ils arrivent sur ces routes...